La résolution proposée par Daniel Cournoyer a été battue à sept voix contre trois.

Vision zéro: le conseil garde le cap

TROIS-RIVIÈRES — Le conseil municipal de Trois-Rivières maintient sa position en ce qui a trait à Vision zéro. Alors que le conseiller municipal de Sainte-Marthe Daniel Cournoyer tentait, mardi soir, une démarche pour faire un pas en arrière dans ce dossier, la résolution qu’il proposait en ce sens a été battue à la majorité par un conseil visiblement fort divisé.

La résolution proposée par Daniel Cournoyer visait à remplacer celle adoptée sur division le 6 novembre dernier, moment où le conseil donnait son aval à cette philosophie englobant diverses mesures visant à améliorer la sécurité routière. Or, supportant que l’acceptabilité sociale n’était pas atteinte sur ce dossier, M. Cournoyer souhaitait remplacer la première résolution par cette nouvelle, proposant de reprendre le processus par une consultation de la population dans chacun des districts électoraux avant d’adhérer à cette nouvelle philosophie.

Au final, sept conseillers ont voté contre cette résolution, et trois en faveur, soit Daniel Cournoyer, Valérie Renaud-Martin et Michel Cormier. La conseillère municipale Maryse Bellemare s’est pour sa part abstenue de voter, tout comme la mairesse suppléante Ginette Bellemare. Les conseillères municipales Sabrina Roy et Mariannick Mercure, cette dernière étant la principale porteuse de ce dossier, étaient absentes pour des raisons de santé dans un cas, et familiales dans l’autre.

En séance de travail, plus tôt en après-midi, une proposition avait été amenée sur la table par la conseillère Maryse Bellemare. Cette dernière souhaitait que la résolution proposée par Daniel Cournoyer soit retirée de l’ordre du jour afin de permettre au conseil de se rencontrer la semaine prochaine et de vider la question pour revenir avec une proposition plus claire, qui ferait l’unanimité.

«J’ai proposé une rencontre pour unifier notre vision avant de la présenter à la population. Je suis rendue là. Je ne peux pas prendre position car je crois que le conseil n’est pas unifié», a indiqué Maryse Bellemare en séance publique. À noter qu’un conseiller municipal peut s’abstenir de voter lorsqu’il est en conflit d’intérêt sur un dossier, par exemple. Or, comme ce n’est pas le cas ici, la conseillère Bellemare pourrait s’exposer à une sanction, qui se résume à une amende de 10 $.

Le conseiller Claude Ferron a pour sa part demandé à ce que la résolution soit retirée par respect pour l’instigatrice du dossier Vision zéro à Trois-Rivières, Mariannick Mercure, qui ne pouvait être présente pour des raisons familiales.

La conseillère Maryse Bellemare a préféré s’abstenir de voter.

Pendant que certains disaient s’inquiéter du message de division que la présentation, et ultimement la défaite de cette résolution envoie dans la population, d’autres y ont vu une forme d’opportunisme politique. C’est le cas de François Bélisle, conseiller de Pointe-du-Lac. «La consultation, on va la faire, les études, elles vont aussi être réalisées. Qu’est-ce que cette résolution apporte de plus? Le but recherché, on l’atteint déjà avec la résolution en vigueur», a-t-il indiqué.

Une accusation réfutée par Daniel Cournoyer et Valérie Renaud-Martin, tous deux en faveur de l’adoption de cette résolution. «On va dans le même sens. On demande juste de prendre un pas de recul et de prendre le temps d’obtenir l’assentiment de la population», a indiqué Daniel Cournoyer. «Cette résolution n’est pas pour faire mal paraître personne, mais nous avons le droit d’avoir des préoccupations, et les citoyens aussi ont ce droit», a ajouté Valérie Renaud-Martin.

Au final, après de longues discussions, Daniel Cournoyer a choisi de maintenir la résolution, qui a finalement été battue à sept voix contre trois.

Rappelons que selon la résolution initiale adoptée au sujet de Vision zéro, une consultation publique doit se tenir au mois de février, consultation qui portera sur les mesures entourant Vision zéro sur lesquelles les citoyens pourront se faire entendre. Le conseil s’est engagé à amender et modifier certaines mesures au besoin.

80 km/ sur la 40?

Par ailleurs, le conseiller municipal Pierre Montreuil a soulevé, tel que prévu, un point en séance de travail proposant la rédaction d’une résolution pour demander au ministère des Transports d’envisager de baisser la limite de vitesse à 80 km/h sur l’autoroute 40 dans la zone urbaine de Trois-Rivières, particulièrement à l’approche du pont Radisson. Une proposition qui a surpris plusieurs de ses collègues conseillers, qui n’ont pas forcément accueilli l’idée avec le plus grand des enthousiasmes.

Concrètement, Pierre Montreuil explique qu’une étude du ministère des Transports est présentement en cours afin d’étudier cette question et qu’une résolution du conseil municipal appuyant cette demande donne du poids à la démarche. Toutefois, tel que soulevé par certains conseillers, il devrait plutôt appartenir au ministère de solliciter la Ville pour son appui si le ministère estime cet appui essentiel.

Pierre Montreuil s’est engagé à rencontrer les députés Jean Boulet et Sonia LeBel à ce sujet. Il n’a cependant pas fermé la porte à l’idée de ramener une future résolution au conseil municipal.