De gauche à droite: Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques, le Dr Philippe McNeill, médecin de famille et vice-président du département régional de médecine générale et Martin Rajotte, pharmacien et président du comité régional sur les services pharmaceutiques.
De gauche à droite: Nathalie Boisvert, directrice des services ambulatoires et des soins critiques, le Dr Philippe McNeill, médecin de famille et vice-président du département régional de médecine générale et Martin Rajotte, pharmacien et président du comité régional sur les services pharmaceutiques.

Virus d’hiver: il y a d’autres solutions que l’urgence

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La grippe, la gastro, la sinusite, les otites... L’hiver nous revient avec son lot de virus. Le CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec rappelle que la meilleure solution, lorsque la maladie frappe, n’est pas toujours d’aller à l’urgence qui devrait être réservée, comme son nom le dit, aux cas urgents.

Le service Info-santé (au numéro de téléphone 811) ainsi que le pharmacien comptent parmi les premiers services auxquels on devrait avoir recours en cas de problèmes non urgents, rappelle le CIUSSS. Le 811 est accessible jour et nuit la semaine tout comme les week-ends.

Avant d’y accéder, toutefois, le CIUSSS recommande à la population de se rendre sur le site maladeenhiver.ca où se trouvent de nombreuses fiches expliquant comment soigner les affections hivernales les plus communes et éviter de contaminer les autres. Les statistiques démontrent qu’en moyenne, 60 % des visites dans les urgences concernent des problèmes non urgents ou semi-urgents.

De son côté, le pharmacien peut prolonger une ordonnance, prescrire un médicament lorsque aucun diagnostic n’est requis, prescrire et interpréter des analyses de laboratoire, ajuster une ordonnance, substituer un médicament en cas de rupture d’approvisionnement, prescrire des médicaments pour certaines conditions mineures lorsque le diagnostic et le traitement sont connus et administrer un médicament afin d’en démontrer l’usage approprié.

Martin Rajotte, pharmacien et président du comité régional sur les services pharmaceutiques, indique que 12 millions de consultations sont faites en pharmacie et 77 % du temps, les conseils prodigués ont évité l’utilisation d’une autre ressource du système de santé et même évité un arrêt de travail dans 26 % des cas tout en générant un taux de satisfaction de 93 %. Les économies ainsi engendrées sont de l’ordre de 500 millions $ pour le système de santé. Le pharmacien joue donc un rôle de triage de premier plan.

Le CIUSSS rappelle qu’en Mauricie, 88 % de la population a accès à un médecin de famille et la plupart des cliniques sont ouvertes la fin de semaine et même certains soirs de semaine. La région dépasse d’ailleurs la cible ministérielle qui est de 85 %.

Cette année, pour la période du 2 décembre au 31 mars, la majorité des cliniques du territoire augmentent leurs plages de rendez-vous de dernière minute afin de mieux répondre aux besoins de la population. Cela représente 880 rendez-vous de dernière minute de plus qui pourront être accordés chaque semaine à la population.

Si la condition ne s’améliore pas et qu’il ne s’agit pas d’une urgence, le CIUSSS conseille de prendre rendez-vous avec son médecin de famille, ce qui peut prendre, en moyenne, de 24 à 48 heures environ.

En 2018-2019, plus de 135 000 visites ont été faites dans les urgences du territoire par des personnes présentant des conditions médicales moins ou non urgentes. Ce nombre représente 60 % des visites.

Ce phénomène créé des engorgements. Or, moins d’une personne sur cinq qui appelle au 811 est dirigée vers l’urgence et dans près de 50 %, les conseils du 811 permettent de se soigner à la maison sans avoir à consulter.

Les cliniques qui acceptent des personnes n’ayant pas de médecin de famille sont la Clinique multidisciplinaire en santé de l’UQTR, le GMF réseau de Trois-Rivières (super-clinique), la clinique de proximité Cloutier et la Clinique Les Grès. Du côté du Centre-du-Québec, il y a la clinique ambulatoire Laflèche et le GMF de l’Énergie (coopérative de Shawinigan et clinique Saint-Marc).

Le médecin de famille peut demander des tests et ainsi éviter les attentes à l’urgence puis faire le suivi avec le patient.

Le Dr Philippe McNeill, médecin de famille et vice-président du Département régional de médecine générale, explique que les antibiotiques ne fonctionnent pas pour les otites qui sont causées par les virus et ils ne soulagent pas la douleur non plus. Plusieurs otites causées par des bactéries guérissent par elles-mêmes en 2 ou 3 jours. Le médecin conseille l’usage de l’acétaminophène (comme le Tylenol, le Tempra ou un générique) ou de l’ibuprofène (Advil, Motrin ou générique). Il recommande également de rincer le nez avec une solution saline. La recette est sur le site maladeenhiver.ca.

La fièvre, précise-t-il, n’est pas un indicateur de la gravité d’une maladie, mais plutôt un moyen de défense de corps. Le comportement de l’enfant en dira plus long sur son état réel, par exemple, s’il refuse de manger.