L’île Saint-Quentin se refait une beauté.
L’île Saint-Quentin se refait une beauté.

Virage historique à l’île Saint-Quentin

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le visage du Parc de l’île Saint-Quentin, à Trois-Rivières, changera considérablement au cours des prochaines années. C’est ce que révèle le Plan directeur d’aménagement du parc, adopté cette semaine et présenté au public jeudi matin. Un plan qui prévoit 42 actions concrètes à être implantées sur les quinze prochaines années, et dont le déploiement immédiat entraînera la fermeture complète de l’île Saint-Quentin cet hiver, du 6 janvier jusqu’au mois de mai.

«Notre île, on y croit, on la souhaite belle et accessible. Désormais, on va lui donner les moyens de ses ambitions», a résumé le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, visiblement fébrile. Le plan directeur servira donc désormais de ligne directrice pour la fonction publique et le conseil municipal de Trois-Rivières afin de guider les décisions et les investissements en lien avec cette vision. Et la colonne vertébrale de ces réalisations réside d’abord en ce chantier de près de 7M$ afin d’amener l’aqueduc et les égouts à l’île, un chantier qui justifie également sa fermeture exceptionnelle cet hiver. «C’est un coup à donner pour permettre de déployer le reste de nos actions», constate le conseiller municipal et président du conseil d’administration de la Corporation du parc de l’île Saint-Quentin, Pierre-Luc Fortin.

À la suite de ce chantier, la priorité sera donnée à la démolition du pavillon des baigneurs et à la reconstruction complète d’un nouveau bâtiment, qui sera situé cette fois de l’autre côté de la piscine, vers les stationnements, permettant du même coup aux utilisateurs de la piscine d’avoir désormais un point de vue sur le fleuve lorsqu’ils se baignent. Le pavillon, quant à lui, sera aménagé sur deux étage, accueillant les bureaux administratifs au second plancher.

L’île Saint-Quentin se refera une beauté au cours des prochaines années. De gauche à droite, on voit Marc-André Godin, chef de service planification et programmes à la Direction de l’aménagement de la Ville, Stéphane Lamothe, directeur général de la Corporation de développement du Parc de l’île Saint-Quentin, le conseiller municipal et président de la corporation, Pierre-Luc Fortin, de même que le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche.


Il est également prévu de redonner de l’amour au pavillon Jacques-Cartier, bâtiment qui a été construit dans les années 60 et qui méritera un bon rafraîchissement, indique M. Fortin.

La plage et les berges seront réaménagées notamment afin de prévenir l’érosion en maintenant tout de même l’accès au public pour la baignade. On souhaite également aménager un lieu d’interprétation de la biodiversité à l’intérieur du pavillon Richelieu qui, lui aussi, subira une petite cure de jeunesse.

Le pavillon des baigneurs sera reconstruit de l'autre côté de la piscine, vers les stationnements, et accueillera les bureaux administratifs au deuxième étage.

La passerelle sera complètement réaménagée de même que plusieurs des sentiers de promenade, avec l’amélioration de la signalisation. On compte également aménager un centre d’interprétation de l’histoire de l’île Saint-Quentin cet endroit où, rappelons-le, Jacques Cartier a planté une croix en 1535, la deuxième croix qu’il planta au Canada après la Gaspésie.

Réaménagement de l’ensemble des aires de stationnement, du pôle d’accueil de l’île, mise en place de navettes électriques reliant les différents pôles du parc et offre renouvelée des services de restauration ne sont que quelques exemples des autres actions que la corporation envisage. Certaines de ces actions seront mises en place rapidement, d’autres sont prévues pour un déploiement dans un horizon de huit à quinze ans.

Le pavillon Jacques-Cartier aura droit lui aussi à une cure de jeunesse.

Démarche participative

Pour en arriver à ce plan directeur, un comité composé de plusieurs membres et chapeauté notamment par la Direction de l’aménagement à la Ville de Trois-Rivières a été formé. L’élaboration de ce plan aura pris plus de deux ans et demi de travail et aura également été teinté de la participation citoyenne.

En effet, le comité a pu s’inspirer d’un sondage mené auprès de près de 1000 répondants afin de connaître les préférences et préoccupations des usagers. Par ailleurs, plusieurs groupes de discussions ont aussi été organisés pour amasser un maximum d’idées et de suggestions de la part du public.

Bien que les investissements totaux pour la réalisation complète de ce plan soient impossibles à évaluer, étant donné la période de temps sur laquelle il s’échelonne, Pierre-Luc Fortin fait remarquer que l’adoption de cet outil permettra désormais à la Ville et à la corporation de pouvoir avoir accès à plusieurs programmes de subventions, sur lesquels on compte bien appliquer afin d’obtenir une contribution maximale des différents paliers de gouvernement pour réaliser les projets.

«C’est véritablement une page d’histoire qui se tourne. On a rêvé grand et on va travailler très fort pour que le rêve devienne réalité», a signifié Marc-André Godin de la Direction de l’aménagement.