Le directeur général du Collège Shawinigan, Éric Milette.

Violences à caractère sexuel: les collèges ont leur politique

TROIS-RIVIÈRES — Le Collège Shawinigan et le Cégep de Trois-Rivières ont adopté cette dernière semaine leur nouvelle politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel. Ces deux institutions d’enseignement supérieur se sont donc, à l’instar de l’UQTR et du Collège Laflèche, conformées à la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

Le conseil d’administration du Collège Shawinigan a adopté cette nouvelle politique lors de sa séance du 25 février dernier. «Cela permettra la mise en place graduelle de mesures de formation, de sensibilisation et d’accompagnement prévues dans un plan d’action triennal», écrit dans un communiqué de presse Karine Lord, conseillère en communication au Collège Shawinigan.

Cette politique créée pour offrir un milieu de vie sain et sécuritaire aux usagers du Collège Shawinigan a été élaborée par un comité composé de représentants des étudiants et de tous les corps d’emploi présents dans l’institution d’enseignement. Lors de ses travaux, ce comité a même consulté la communauté collégiale.

«Collectivement, nous sommes préoccupés par les violences à caractère sexuel. Il était primordial pour nous d’écouter ce que les étudiants et employés avaient à dire sur le sujet et de bien leur expliquer les objectifs de la loi afin de favoriser l’adhésion de tous et de faire de cette problématique un enjeu connu et commun», soutient Éric Milette, le directeur général du Collège Shawinigan.

La politique prévoit notamment la mise en place d’un service d’accompagnement des victimes, en plus d’une procédure de signalement et de traitement des plaintes. De plus, des formations annuelles sont prévues et la section Je veux en parler sera créée sur le site web du Collège pour que l’information sur cette politique soit facilement accessible.

Le lancement de cette politique au Collège Shawinigan concorde avec le coup d’envoi d’une nouvelle activité destinée à l’ensemble de la communauté collégiale organisée avec le CALACS Entraid’action et l’organisme Sans oui, c’est non! D’ailleurs, la campagne de sensibilisation Ni viande, ni objet, qui aborde la culture du viol et le consentement, est affichée partout dans le collège.

De son côté, le Cégep de Trois-Rivières a aussi adopté dernièrement sa nouvelle politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel. Entérinée le 20 février par le conseil d’administration de l’établissement d’enseignement, cette nouvelle politique vise l’ensemble de la communauté collégiale.

Cette politique prévoit entre autres la création d’un bureau d’accueil en matière de violence à caractère sexuel (Bureau d’accueil - VACS). Loin de vouloir se subtiliser aux autorités policières, ce bureau permettra d’accompagner les victimes dans les démarches et leurs recherches d’aide. De plus, un comité permanent sera créé afin de garantir l’application de la politique.

Bianca Langlais du service des communications du Cégep de Trois-Rivières précise que de la sensibilisation à l’égard des violences sexuelles existe déjà et que cette politique entraînera d’autres campagnes de sensibilisation.