Quelques centaines de personnes n'ont pas hésité à braver le temps froid lors d'une veillée à la chandelle pour rendre un hommage à Suzanne Clermont.
Quelques centaines de personnes n'ont pas hésité à braver le temps froid lors d'une veillée à la chandelle pour rendre un hommage à Suzanne Clermont.

Vigile pour Suzanne Clermont: un hommage à une «femme exceptionnelle» [PHOTOS ET VIDÉO]

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
L'émotion dans l'air était palpable dans le Vieux-Québec, lundi en soirée. Proches ou non de Suzanne Clermont, peu importait. Les gens se sont déplacés en grand nombre pour venir observer un moment de recueillement lors d’une vigile devant la résidence de la victime tuée par hasard par un meurtrier en cavale samedi soir, sur la rue des Remparts.

La rue des Remparts a accueilli lundi les pleurs et les pensées en l'honneur de Suzanne Clermont. Deux jours après sa mort troublante, quelques centaines de personnes n'ont pas hésité à braver le temps froid de novembre lors d'une veillée à la chandelle pour rendre un hommage à cette «femme exceptionnelle».

Une montagne de fleurs et des bougies ornaient le pas de la porte de la résidence de Mme Clermont, devant laquelle la dame de 61 ans a perdu la vie de façon tragique le soir de l’Halloween.

Elle était simplement sortie fumer une cigarette, lorsque le meurtrier est passé par là, sabre japonais à la main, lui infligeant des blessures mortelles. 

Des dizaines de bougies ornaient le bas de la porte de la résidence de Suzanne Clermont.

Un groupe d’amies de Suzanne Clermont avait organisé l’événement qui se voulait d’abord une soirée souvenir intime. 

«Mais finalement il y a eu beaucoup plus de monde. Certains nous ont dit qu’ils ont été touchés par son histoire. Ce n’est pas parce qu’ils ne la connaissent pas qu’ils ne sont pas sous le choc eux aussi», observait Klody Tremblay, une proche de la victime, quelques minutes après la fin du rassemblement.

«Au nom de tous les proches, on remercie les gens pour leur soutien», a-t-elle exprimé.

«Femme exceptionnelle»

Le silence régnait, mais sur les joues, les larmes coulaient. Avec courage, le beau-fils de la femme assassinée il y a deux jours s’est avancé lentement, visiblement ébranlé par le drame, pour faire entendre un émouvant message enregistré par le conjoint de Mme Clermont, Jacques Fortin. 

Julien Saint-Pierre Fortin, le beau-fils de la victime, a levé le bras dans les airs, cellulaire à la main, afin de faire entendre à la foule les mots de son père, aussi le conjoint de Suzanne Clermont.

Moment fort de la soirée, Julien Saint-Pierre Fortin a levé le bras dans les airs, cellulaire à la main, afin de faire entendre à la foule les mots de son père, brisé par l’émotion. Ce dernier est hospitalisé, c’est lui qui a fait la découverte troublante du corps inanimé de sa conjointe devant leur résidence, samedi soir.

«Ma chère Suzanne, personne va t'oublier. Je te porterai toujours dans mon coeur», a prononcé douloureusement Jacques Fortin.


« Ma chère Suzanne, personne va t'oublier. Je te porterai toujours dans mon coeur »
Jacques Fortin

La vice-première ministre Geneviève Guilbault est arrivée sur les lieux peu avant le début de la cérémonie, vers 19h. Elle y a déposé une gerbe de fleurs, avant de se rapprocher de la famille de la victime.

«C’est un moment très émotif ce soir. Je la connaissais personnellement Suzanne, c’est une amie d’une amie et j’ai passé avec elles plusieurs soirées ici même, sur la rue des Remparts», s’est-elle adressée aux médias la voix tremblante.

«Suzanne, c’était une femme adorable, extraordinaire, toujours de bonne humeur, souriante, heureuse qui irradiait le bonheur en tout temps. Une femme extraordinaire qui laisse sa marque indélébile physiquement ici sur la rue», a-t-elle souligné, évoquant des «souvenirs impérissables».

Des clients de la coiffeuse qui travaillait dans un salon de la rue Saint-Jean se sont déplacés en soutien à la famille endeuillée. Des élus tels que le maire de Québec, Régis Labeaume et le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Duclos étaient présents.

Le maire Labeaume faisait partie des quelques centaines de personnes qui n'ont pas hésité à braver le temps froid lors d'une veillée à la chandelle pour rendre un hommage à Suzanne Clermont.

Des voisins, des résidents du quartier, ainsi que d’autres citoyens qui ne la connaissaient pas faisaient aussi partie de la masse.

«Tout le monde passe par la mortalité, alors parfois un petit mot, une petite phrase ça peut faire du bien», a exprimé une résidente du quartier Saint-Jean-Baptiste qui a préféré ne pas être nommée. Même si elle a habité «longtemps» le Vieux-Québec, elle ne connaissait pas la victime, mais jugeait bon d’être là, «par solidarité».

Un large périmètre policier encadrait l'événement. Une vigile est aussi prévue mardi soir, sur le coup de 18h devant le Musée national des beaux-arts (MNBAQ), pour rendre hommage à François Duchesne, l'autre victime qui a perdu la vie lors de cette tuerie.