Le maire de Pierreville, Éric Descheneaux a été élu en novembre 2017.
Le maire de Pierreville, Éric Descheneaux a été élu en novembre 2017.

Victime de propos homophobes, le maire de Pierreville démissionne

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Pierreville — Victime de propos homophobes après s’être envolé pour le Mexique, le maire de Pierreville a décidé qu’il quittera la municipalité pour de bon à son retour au pays. Éric Descheneaux a annoncé qu’il remettra sa démission en plus d’avoir déjà signifié son intention de mettre en vente l’immeuble qu’il habite avec son conjoint.

Le maire, qui insiste sur le respect des règles sanitaires depuis le début de la pandémie, a été pris en grippe sur les réseaux sociaux après avoir publié des photos où on peut le voir dans l’avion et dans un tout-inclus à Cancun.

Joint par Le Nouvelliste alors qu’il est toujours à l’extérieur du pays, Éric Descheneaux raconte que son homosexualité a été prise pour cible «par des personnes qui ne croient pas en la COVID, qui font des partys privés ou qui ne veulent pas porter le masque».

«On m’a traité d’anormal et de mange de graines sur les réseaux sociaux», a-t-il déploré lors d’un entretien par messagerie électronique.

Un résident de Pierreville, qui est également gai, s’est porté à sa défense sur les réseaux sociaux. Celui-ci a reçu des menaces de représailles au point de songer à déposer une plainte à la Sûreté du Québec.

C’est ce qui a fait déborder le vase pour le maire de Pierreville. «Je me suis donc dit: ‘‘c’est assez’’. Les gens autour de moi n’ont pas à subir cela, a-t-il soutenu. Je priorise ma santé, mon couple et terminer les études que j’effectuais en même temps que la mairie», a commenté Éric Descheneaux qui était fier de mentionner sur toutes les tribunes que Pierreville avait élu un maire gai marié et que c’était un milieu inclusif et ouvert.

Éric Descheneaux a pris l’avion le 15 novembre en compagnie de son conjoint, Marc Gagnon.

Pour ce qui est de son voyage en temps de pandémie, il assure que toutes les mesures ont été prises pour assurer un retour au pays sécuritaire. D’autant plus qu’il est atteint de sclérose en plaques. «Ayant une maladie auto-immune, je me dois de suivre les mêmes consignes, que ce soit à la maison, au Québec ou au Mexique. À mon retour, je serai en confinement pendant 14 jours et une déclaration a été faite au gouvernement canadien, assure-t-il. Il n’est pas interdit de voyager. Ce n’est juste pas recommandé.»

Des insultes qui durent depuis trois ans

S’il admet que c’est surtout au cours de la dernière semaine qu’il a reçu une pluie de méchancetés, alors qu’il cherchait simplement à refaire le plein d’énergie après avoir géré la pandémie dans son village, le maire Éric Descheneaux indique qu’il vit des embûches depuis son élection en raison de «certains groupes d’individus qui n’ont pas accepté de perdre leur élection» et qui font de la diffamation.

Dans sa lettre de démission rendue publique sur les réseaux sociaux, il déplore également que «certains groupes et conseillers ont tout fait pour me mettre des bâtons dans les roues. »

«Depuis le début de mon mandat que certaines personnes ne font que du trouble, indique-t-il dans sa publication. Ils veulent me faire échouer et continuent en colportant de fausses informations dans leurs propres intérêts.»

Un climat malsain

À la suite de la sortie du maire, la conseillère Marie-Pierre Guévin-Michaud a enregistré une vidéo émotive dans laquelle elle confirme qu’il y a un climat malsain au sein de la communauté de Pierreville.

Elle a déploré le chialage et les propos blessants avec lesquels les membres du conseil doivent composer depuis trois ans. «C’est l’enfer ce que l’on vit, a-t-elle lancé. Ça n’incite pas les jeunes comme moi à prendre la relève et à s’investir dans la Municipalité.»

«En 2020, je ne peux pas croire qu’on soit rendu là. De juger quelqu’un sur son orientation sexuelle et de faire des commentaires sur les Internets... Voyons donc!» s’est-elle indignée.

«Ce n’est pas le seul maire à être homosexuel. Il y en a d’autres près de nous. On les accepte comme ça et ils font un bon travail quand même, a-t-elle insisté. Je n’ai pas toujours été d’accord avec ce qu’il [le maire de Pierreville] a fait ou ce qu’il a dit, mais je l’ai respecté pendant trois ans et il m’a respectée en retour.»

De retour lundi

Du côté de la Municipalité, la directrice générale Lyne Boisvert indiquait n’avoir toujours pas reçu de lettre officielle au lendemain de l’annonce de la démission du maire sur les réseaux sociaux. Elle soutient également qu’elle ne pressentait rien en ce qui concerne cette décision soudaine.

Une fois qu’elle aura en main les papiers officiels, elle indique que ce sera au conseil municipal de décider de la suite des choses. Comme il restera moins d’un an avant la prochaine élection, la promairesse ou un autre conseiller assurera l’intérim.

Jointe par Le Nouvelliste, la promairesse Ginette Nadeau a préféré ne pas émettre de commentaire pour le moment. «On va attendre de voir quand il va revenir.»

Le maire Descheneaux devrait revenir au pays lundi. Comme il sera en confinement, des mesures sanitaires seront prises pour remettre rapidement les papiers officialisant le tout. Il compte terminer son mandat au mois de décembre.