Les membres du conseil municipal de Trois-Rivières réfléchissent à l’idée de s’accorder une augmentation de salaire.

Vers une hausse de salaire?

TROIS-RIVIÈRES — En raison de l’augmentation de la charge de travail reliée à leurs fonctions depuis que le nombre de conseillers est passé de 16 à 14, les membres du conseil municipal de Trois-Rivières réfléchissent à l’idée de s’accorder une augmentation de salaire.

Le conseiller du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle, confirme qu’un sous-comité a été formé pour étudier la question.

«Mes deux autres collègues sur le sous-comité ont assisté aux dernières assises de l’Union des municipalités du Québec ce printemps et ont vu que toutes les villes comparables à Trois-Rivières, comme Sherbrooke, Gatineau, Lévis et Saguenay, y vont avec une révision de la rémunération», explique M. Bélisle. Ce dernier ajoute que le terme révision, et non augmentation, est celui qui doit être employé dans le cas présent.

Lors des rencontres de ce sous-comité, plusieurs scénarios ont été élaborés et ont été présentés aux autres membres du conseil. Au cours du processus d’élaboration des différents scénarios, les élus responsables du dossier ont toujours gardé à l’esprit qu’ils ne voulaient pas qu’il y ait d’impact sur le budget municipal, donc sur le fardeau fiscal des Trifluviens.

«Nous avons comme mot d’ordre que l’on se donnait l’été pour réfléchir à ça. Nous allons en parler avec nos électeurs et prendre une décision en septembre. Il n’y a donc rien de décidé encore», mentionne le représentant des électeurs de Pointe-du-Lac.

M. Bélisle tient de plus à rappeler que le salaire des conseillers n’a pas été indexé entre 2002 à 2014. «Je ne connais pas beaucoup de salariés au Québec qui vivent presque 15 ans sans avoir une indexation minimale de leur salaire», lance-t-il avant de préciser qu’à compter de 2019, l’allocation de dépenses de 14 715 $ que touchent les conseillers en plus de leur salaire annuel de 29 430 $ sera imposable.