Il a fallu quelques heures aux propriétaires pour tout nettoyer.

Vandalisme à La Tuque: «c’est vraiment choquant»

LA TUQUE — Du beurre d’arachide, des pâtes, des petits cornets sucrés, croustilles, biscuits, guimauves… la liste peut paraître intéressante lorsqu’il est question d’un buffet, mais c’est plutôt sur leur maison louée que des propriétaires de La Tuque ont retrouvé cette liste d’ingrédients. Ils ont voulu mettre en garde les autres propriétaires.

«C’est vraiment choquant. On ne voudrait pas que ça arrive à quelqu’un d’autre», explique la propriétaire qui préfère ne pas être identifiée.

Louer sa maison peut être particulièrement facile, mais les problèmes avec les locataires peuvent amener leur lot d’ennuis et de casse-tête. Des propriétaires de La Tuque l’ont appris à leurs dépens et promettent de ne jamais retenter l’expérience.

Plus tôt cette année, ils se sont laissés convaincre par une jeune femme de 20 ans de louer leur maison plutôt que de la vendre.

«C’est terminé. La maison est à vendre et on ne changera pas d’avis cette fois-ci», lancent-ils.

La personne qui louait la maison a fait avorter plusieurs fois les chances de vendre la maison.

«Elle acceptait qu’on fasse visiter, mais la journée même c’était non. Elle refusait qu’on ouvre la porte pour toutes sortes de raison.»

La locataire a même insinué que les planchers et les fondations étaient en très mauvais état lors d’une visite.

Des voisins ont averti les propriétaires récemment que la jeune femme avait quitté les lieux.

«C’était très sale, mais on en a profité pour changer les serrures. On a mis le restant de ses affaires à l’extérieur, dont les affaires du garde-manger», explique le propriétaire.

«Elle s’est servie de ça pour tout beurrer», ajoute sa conjointe.

Les deux propriétaires ont été particulièrement surpris de voir l’état des lieux le lendemain. Bien qu’il n’y avait pas de bris majeurs, il aura fallu quelques heures pour tout nettoyer l’extérieur de la maison. La police a été appelée sur les lieux, mais aucune plainte n’a été déposée. On s’est plutôt tourné vers la Régie du logement.

«C’est là qu’on s’aperçoit que la régie protège plus les mauvais payeurs que les propriétaires. […] Pendant tout le temps des procédures, elle peut rester chez vous, ne pas payer, faire ce qu’elle veut. Toi, tu ne peux rien faire. C’est assez frustrant», soulignent-ils.

Maintenant, les propriétaires veulent mettre leur énergie ailleurs. Ils ont publié les photos de la maison sur les réseaux sociaux pour prévenir les autres qui pourraient se laisser amadouer par une locataire trop sympathique.

«On aurait pu continuer à encourir des frais, mais quand est-ce qu’on va revoir la couleur de notre argent?»

«On a décidé d’abandonner tout ça. Maintenant, on veut vendre la maison», ont-ils conclu.