Valérie Renaud-Martin

Valérie Renaud-Martin candidate à l’investiture pour le Parti libéral

TROIS-RIVIÈRES — C’est maintenant officiel, la conseillère municipale du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, sera candidate à l’investiture pour le Parti libéral du Canada dans Trois-Rivières, en vue des élections fédérales de l’automne. La candidate en a fait l’annonce mercredi après-midi par voie de communiqué.

Mme Renaud-Martin explique que c’est la volonté «d’en faire plus pour Trois-Rivières» qui l’a guidée dans sa réflexion. «Quand il y a eu la campagne électorale pour la mairie de Trois-Rivières, il y a une réflexion qui s’est entamée, j’ai été interpellée, résume celle qui a songé pendant un moment à tenter de succéder à l’ancien maire Yves Lévesque. Mes implications au niveau municipal m’ont menée à m’impliquer, à aider les gens et avec la réflexion que j’ai eue à faire, ça m’a aidée à identifier ce désir-là que j’avais, d’en faire plus pour les gens de Trois-Rivières. Avec un rôle comme députée, ça donne la possibilité de représenter la ville à plus large échelle.»

La conseillère municipale indique avoir été séduite entre autres par les valeurs d’ouverture et d’inclusion que porte selon elle le Parti libéral. Si elle est choisie pour faire campagne à Trois-Rivières, elle compte aussi faire la promotion de la lutte contre les changements climatiques.

Outre les grands dossiers du train à grande fréquence, de la pyrrhotite, du port et de l’aéroport de Trois-Rivières, qui seront assurément communs à chacun des candidats à l’élection de cet automne, Mme Renaud-Martin indique également vouloir «rapprocher les gens de la politique fédérale à Trois-Rivières».

«Au-delà des enjeux d’infrastructures, il y a aussi les enjeux de personnes: arriver à sortir encore plus de gens de la pauvreté, avoir des emplois de qualité et pousser vers l’innovation, énumère-t-elle. La transition énergétique aussi: on a la chance d’être une ville universitaire, donc on a de l’expertise à aller chercher. Il faut travailler en équipe avec le milieu et les gens de Trois-Rivières. Je pense que c’est ça qui fait avancer les choses et que j’ai envie d’amener au fédéral.»

Respect pour Yves Lévesque

Si elle est retenue pour porter les couleurs du Parti libéral du Canada dans Trois-Rivières, Valérie Renaud-Martin sait déjà qu’elle devra se mesurer à Robert Aubin, député néodémocrate de Trois-Rivières, et à Yves Lévesque, ancien maire de Trois-Rivières. Certaines voix ont reproché à ce dernier, au cours des dernières semaines, le fait qu’il se porte candidat aux élections fédérales quelques mois seulement après avoir quitté son ancien poste pour raison de maladie. La conseillère municipale affirme qu’elle ne sera pas de ce nombre.

«Je n’ai pas l’intention de commencer à le dénigrer parce que je suis rendue au même niveau politique que lui, au fédéral, insiste-t-elle. C’est quelqu’un que je respecte, il a fait beaucoup pour la ville et on ne peut pas le lui enlever. Mais je pense qu’on est rendu ailleurs. On peut amener une nouvelle voix, une nouvelle génération à Ottawa. Une femme.»

Contrairement à son adversaire conservateur, Mme Renaud-Martin garderait un pied dans le monde municipal, puisqu’elle compte conserver son poste de conseillère municipale pendant la campagne électorale. «J’ai fait mes devoirs et légalement, je n’ai pas à démissionner de mon poste, indique-t-elle. Le code d’éthique des conseillers municipaux ne l’interdit pas non plus.» L’élue précise cependant qu’elle devrait «prendre de la distance», notamment par rapport à son implication dans certaines commissions municipales.

Mme Renaud-Martin sera investie lors d’une assemblée qui aura lieu dans les prochaines semaines. Pour le moment, aucun autre candidat n’a annoncé vouloir se présenter pour le Parti libéral du Canada dans Trois-Rivières.

Rappelons que le Bloc québécois n’a lui non plus pas encore de candidat dans Trois-Rivières. Seule Louise Charbonneau, l’ancienne présidente de l’exécutif local du Bloc québécois, a exprimé publiquement son intérêt jusqu’à présent. L’investiture devait avoir lieu à la fin juin. Le Parti populaire du Canada n’a lui non plus aucun candidat officiel à Trois-Rivières pour l’immédiat.

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, pourrait aussi se présenter comme candidat indépendant dans cette circonscription.