Valérie Piché est la nouvelle directrice générale de la Maison Carignan.

Valérie Piché nommée directrice de la Maison Carignan

TROIS-RIVIÈRES — Le centre de thérapie pour traitement des dépendances La Maison Carignan a récemment procédé à la nomination de Valérie Piché à la direction générale de l’organisme. Mme Piché succède ainsi à Alain Poitras, dont le départ avait été annoncé récemment.

Valérie Piché agissait déjà comme superviseure professionnelle clinique de façon contractuelle depuis deux ans au centre de thérapie, ce qui lui confère déjà une bonne connaissance de la Maison Carignan et des enjeux associés aux services en dépendance. Détentrice d’un baccalauréat en psychologie et propédeutique en psychoéducation, ainsi que d'une maîtrise en psychoéducation de l’UQTR, elle œuvre en milieu communautaire depuis 10 ans tout en étant chargée de cours à l’UQTR.

On se souviendra que la Maison Carignan avait confirmé le départ de son directeur général, Alain Poitras, lui-même qui avait pris la relève du fondateur de la maison Yvon Carignan lorsqu’il s’est fait montrer la porte en 2014. L’affaire est d’ailleurs devant la Cour supérieure et en attente d’une décision qui sera rendue au cours des prochains mois.

Le départ de M. Poitras était survenu quelques semaines après l’annonce de la tenue d’une enquête publique sur le décès par overdose d’une jeune femme en décembre 2016 à l’intérieur des murs de la Maison Carignan. Son départ, avait-on indiqué à l’époque, n’avait cependant pas de lien avec l’ouverture de cette enquête publique.

«Je crois profondément en la mission de la Maison Carignan. Mon travail sera de poursuivre celle-ci tout en orientant l’organisme vers les meilleures pratiques du milieu, et ce, afin de permettre une amélioration constante des services offerts», indique la nouvelle directrice générale, qui entend mettre en place une planification stratégique pour les secteurs cliniques et organisationnels, afin de soutenir et outiller les intervenants.

«Mme Piché s’est démarquée des autres candidats par son désir d’amener la Maison Carignan vers de nouveaux défis et de nouvelles réalisations. Nous sommes convaincus que sa connaissance étoffée du cadre et des enjeux sociojuridiques associés à la pratique psychoéducative, et ce, jumelée à sa rigueur professionnelle et à son leadership permettront de consolider l’image de la Maison Carignan et de renforcer nos assises auprès de nos partenaires», a pour sa part commenté Pierre Picotte, président du conseil d’administration de la Maison Carignan.

La Maison Carignan accueille jusqu’à 108 personnes à la fois qui souhaitent reprendre le contrôle de leur vie et se libérer de leur problème d’assuétude.