Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Ce sont 4250 doses du vaccin de Pfizer qui ont été acheminées dans des résidences privées pour aînés de la région.
Ce sont 4250 doses du vaccin de Pfizer qui ont été acheminées dans des résidences privées pour aînés de la région.

Vaccination dans les RPA: l'espoir d'un peu plus de liberté

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — La vaccination a pu prendre un certain rythme de croisière, en fin de semaine, en Mauricie et au Centre-du-Québec, grâce aux 5850 doses du vaccin de Pfizer que la région a reçues. Ce qui a permis d’entreprendre la vaccination tant attendue dans les résidences privées pour aînés et de compléter celle du personnel prioritaire du réseau de la santé.

Ce sont 4250 doses qui ont été acheminées dans des résidences privées pour aînés (RPA) où la vaccination a débuté vendredi pour se poursuivre jusqu’à lundi. Ce qui représente un peu plus du tiers des 12 500 résidents qui sont hébergés dans les 178 RPA de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Le porte-parole de la Table des RPA de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Richard Maziade aurait souhaité que la vaccination inclue également l’ensemble des employés et des proches aidants, qui sont aussi des clientèles prioritaires.

«Ma position c’est que lorsqu’ils entrent dans un milieu, ils devraient essayer de vacciner tout le monde, pour pouvoir dire que cet endroit-là est réglé», fait valoir Richard Maziade, qui évalue entre 15 000 et 20 000 le nombre de doses qui seraient nécessaires.

Richard Maziade, porte-parole de la Table des RPA de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

S’il admet qu’il aurait souhaité être consulté dans le processus, le porte-parole de la Table des RPA de la Mauricie et du Centre-du-Québec soulignait que les résidences étaient prêtes pour cette opération de vaccination. «Ce qu’ils nous ont dit, c’est que dans quelques semaines, ça va y aller en grande, indique-t-il. Notre personnel va être mobilisé et on va se concentrer pour avoir le vaccin dans une salle sécuritaire.»

Les doses étaient d’ailleurs très attendues dans les RPA de la région. «La participation est à environ 90% des résidents et des employés, évalue Richard Maziade. Ce ne sont pas tous des gens qui sont en faveur de la vaccination, mais on n’a pas le choix. Sinon, on ne s’en sortira jamais.»

La vaccination devrait également permettre de reprendre une vie un peu plus normale dans les RPA où les résidents n’ont plus accès à la salle à manger depuis quelques semaines. «J’espère que ça va leur permettre de reprendre un peu plus de liberté. Parce qu’on a encore des gens de 90 à 100 ans qui sont enfermés dans leur chambre comme des prisonniers. Ça fait un an qu’ils vivent ça. Il faut que ça arrête», ajoute Richard Maziade.

«Ils devraient déjà avoir libéré les personnes âgées dans des zones comme chez nous. Il n’y a quasiment pas de cas en Mauricie-Centre-du-Québec, continue le porte-parole. Le danger, ce sont maintenant les variants, mais il y a moyen de protéger les personnes âgées sans les enfermer dans leur chambre.»

Au terme de la journée de lundi, les 900 résidents des ressources intermédiaires et des ressources de type familiales (RI/RTF) qui auront consenti à la vaccination doivent également avoir reçu une protection contre la COVID-19.

La vaccination des résidents des RI/RPA est d’ailleurs une étape cruciale, puisque la directrice régionale de la Santé publique, Dre Marie-Josée Godi, indiquait que la vaccination de cette clientèle était un élément clé avant de penser à recommander un changement de palier d’alerte pour la région.

Depuis le début de la deuxième vague, ce sont dans les RI et les RPA que plus de la moitié des décès ont été enregistrés, soit 160 des 301 qui ont été rapportés en date de dimanche.

C’est aussi des RI/RPA que provenaient la grande majorité des patients qui ont été transférés au site de confinement de l’École nationale de police du Québec, à Nicolet. Le haut taux d’occupation à cet endroit, et les nombreuses éclosions qui sont survenues dans ces milieux d’hébergement ont également été des éléments qui ont été pointés du doigt pour maintenir la région en zone rouge.

Par ailleurs, la vaccination du personnel prioritaire du réseau de la santé devait être complétée samedi, en fin de journée. Environ 1000 travailleurs étaient attendus à l’aréna Gilles-Bourassa, à Shawinigan-Sud, et à l’édifice du Nouvelliste, à Trois-Rivières pour recevoir une première dose. Ce qui allait porter le nombre de travailleurs prioritaires qui sont protégés à près de 11 800.

Selon les dernières données disponibles sur le site du ministère de la Santé, ce sont 17 680 doses qui avaient été administrées dans la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec, en date de samedi. Au Québec, ce sont 344 900 personnes qui avaient reçu une dose, soit 3,5 % de la population.

19 nouveaux cas

Après trois journées où la région a enregistré une douzaine de nouveaux cas de COVID-19, le bilan du CIUSSS MCQ dévoilé dimanche faisait état de 19 nouvelles infections.

On comptait 13 cas en Mauricie, dont sept dans l’agglomération de La Tuque, cinq dans la MRC de Maskinongé et un à Trois-Rivières, ainsi que six au Centre-du-Québec, tous dans la MRC de Drummond.

Avec 21 nouvelles guérisons, le nombre de cas actifs dans la région a diminué de deux au cours des 24 dernières heures. On en compte encore 197, soit 92 en Mauricie et 105 au Centre-du-Québec.

Le nombre d’hospitalisations demeure bas à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières, où se trouvent sept patients, dont un seul aux soins intensifs. On comptait également 30 patients au site de confinement de l’ENPQ, soit dix de moins que jeudi. Ce qui porte son taux d’occupation à 54%.

Enfin, la police de Trois-Rivières a remis trois contraventions pour le non-respect du couvre-feu, dans la nuit de samedi à dimanche.