Urgences: la situation s’améliore

Trois-Rivières — L’accès à un médecin de famille s’est grandement amélioré au cours des dernières années, et cela a une incidence directe sur l’achalandage et le temps d’attente dans les urgences, se réjouit le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Ainsi, le nombre d’usagers ambulatoires est passé de 183 419 à 171 292 de 2017-2018 à 2018-2019, soit une diminution de près de 7 % en un an. Le nombre de personnes sur civières a connu une légère hausse (88 871 à 90 000), ce qui se traduit pour l’ensemble des usagers des urgences par une diminution totale de 4 % en un an. Cette baisse du nombre de patients dans les urgences de la région a entraîné une diminution du temps d’attente de 11 minutes. Il est passé de 4 h 03 à 3 h 52.

«Bien que nous ayons encore beaucoup de travail à faire pour améliorer les délais d’attente et atteindre un niveau satisfaisant pour la population, des progrès ont tout de même été réalisés, et ce, malgré un alourdissement de la clientèle (plus d’usagers sur civière, plus de personnes âgées de 75 ans et plus) et une augmentation des transports ambulanciers», explique Caroline Paquin, porte-parole du CIUSSS MCQ, dans un communiqué.

Sur les 11 000 visites en moins, environ 8000 concernent des patients dont le niveau de priorité est P4 ou P5, précise le CIUSSS qui en déduit qu’ils ont donc possiblement été vus par un médecin de famille ou par un autre professionnel de la santé comme un pharmacien. D’ailleurs, 89,24 % de la population en Mauricie et au Centre-du-Québec a eu accès à un médecin de famille en 2018-2019 comparativement à 77,86 % en 2014-2015. Une amélioration que le CIUSSS qualifie de progrès majeur.

«Je suis heureux de constater que nos efforts portent fruit. Il y a cinq ans, plus de 113 000 personnes étaient sans médecin contre 53 965 aujourd’hui. C’est plus de 89 % de la population. De plus, nous avons aussi amélioré notre accessibilité pour nos patients. La majorité des cliniques médicales offrent dorénavant des rendez-vous rapides en 24 à 48 heures pour mieux répondre aux besoins de leurs patients et éviter qu’ils se rendent à l’urgence pour un problème de santé mineur», mentionne, par voie de communiqué, Dr Pierre Martin, chef du Département régional de médecine générale.

L’ajout de professionnels de la santé dans les groupes de médecine familiale (GMF) comme des infirmières praticiennes spécialisées, des infirmières cliniciennes et des travailleurs sociaux ont aussi contribué à améliorer l’accessibilité, selon le CIUSSS MCQ.

Deux cliniques médicales peuvent recevoir les gens qui n’ont toujours pas de médecin de famille, soit la Clinique médicale ambulatoire de Drummondville (CMAD) et le GMR-R (superclinique) à Trois-Rivières.