Le CIUSSS MCQ annonce la création du Groupe de médecine de famille de Fortierville.

Urgence de Fortierville: un projet pilote de télésanté comme solution de compromis

Fortierville — Les citoyens du territoire desservi par le CLSC de Fortierville doivent se résigner à la perte de l’urgence du Centre Fortierville telle qu’ils la connaissent. Une solution de compromis a toutefois été trouvée, alors qu’une infirmière assurera une présence durant le quart de travail de minuit à 8 h, se référant au besoin aux médecins de l’urgence Christ-Roi, à Nicolet, dans le cadre d’un projet pilote de télésanté. Dans la foulée, apprenait-on jeudi, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) annonce la bonification de l’offre de services au centre de santé, qui deviendra le nouveau Groupe de médecine de famille (GMF) de Fortierville, à compter du 2 septembre prochain.

Le maire de Sainte-Françoise et préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, de même que sa collègue de Fortierville, Julie Pressé, se réjouissent du dénouement de la saga entourant la fermeture possible de l’urgence de nuit, laquelle avait soulevé beaucoup d’inquiétude dans la population. Si tous deux conviennent qu’ils auraient préféré garder le service d’urgence intact, ils se consolent de la présence d’une infirmière durant le quart de nuit «pour rassurer la population».

Par ailleurs, bien que l’ajout de 300 plages de rendez-vous supplémentaires par mois, selon les objectifs que le CIUSSS MCQ met de l’avant, constitue une avancée en termes de services à la population, les élus se gardent de dire qu’ils ont gagné au change.

«On garde un service ouvert. C’est sûr qu’on perd un médecin, malheureusement, mais on comprend la difficulté d’avoir des médecins 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre», commente le Mario Lyonnais.

Dre Isabelle Héroux, du Centre Fortierville, Olivier Roy, chef du département de médecine d’urgence au CIUSSS MCQ, Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour, Julie Pressé, mairesse de Fortierville et Mario Lyonnais, maire de Sainte-Françoise et préfet de la MRC de Bécancour, lors de l’annonce de la création du Groupe de médecine de famille de Fortierville et du service d’accueil de nuit, qui remplacera le service d’urgence au Centre Fortierville.

Rappelons que l’annonce de la fermeture possible de l’urgence à la fin du mois d’avril avait mobilisé la population et les élus des municipalités concernées. Le CIUSSS MCQ mettait alors de l’avant les faibles statistiques de fréquentation de nuit à l’urgence — une moyenne de 300 visites sur une base annuelle —, les difficultés liées à la pénurie de main-d’œuvre et les besoins de service de jour. On plaidait que la réaffectation des ressources de nuit vers les plages de jour et de soir permettrait de mieux répondre aux besoins de la population. Les élus municipaux clamaient de leur côté qu’une diminution de service n’est jamais une bonne nouvelle. Le préfet Lyonnais avait annoncé le lancement d’une pétition pour faire valoir les revendications de la population.

Selon ce qui a pu filtrer de l’annonce du compromis, jeudi matin, les discussions entre les élus municipaux, le CIUSSS MCQ et le député de Nicolet-Bécancour auront été franches, voire parfois houleuses. Or, l’intervention de la ministre de la Santé, Danielle McCann, le 8 mai dernier, disant se mettre «en mode solution», aurait finalement calmé le jeu. Si bien que c’est l’octroi d’une enveloppe récurrente de 800 000 $ par année qui permet au nouveau projet de GMF et de service d’accueil de nuit d’aboutir.

En clair, dans le nouveau GMF, les services de soins infirmiers sont bonifiés de 10 heures par semaine et le service d’imagerie médicale passe de 54 h à 69 h par semaine. Quant au service ambulancier, il est maintenu dans son intégralité, fait-on valoir, à ceci près que les urgences de nuit qui étaient prises en charge au Centre Fortierville seront désormais dirigées vers une autre ressource, selon les corridors de service. Le projet pilote d’accueil de nuit est pour sa part financé à même la nouvelle enveloppe.

Le député de Nicolet-Bécancour soulagé

Pour Donald Martel, la solution trouvée arrive visiblement comme un soulagement. «C’est quelque chose d’innovant que l’on présente ici. Ce n’était pas une situation facile. J’avais peur que les gens de Fortierville perdent plus de services à garder leur urgence ouverte qu’à la voir fermer», soutient-il. Le député se félicite de la collaboration des parties prenantes, concédant que «ce n’était pas facile au départ». Quant à l’inquiétude citoyenne voulant que la nouvelle structure soit un premier pas vers la fermeture définitive de l’urgence, M. Martel se fait rassurant. «Je ne suis pas dans ce scénario-là et mon gouvernement n’était pas dans ce scénario-là», déclare-t-il, faisant valoir qu’il s’agissait de trouver une solution satisfaisante à une décision administrative.

De son côté, la Dre Isabelle Héroux, qui pratique à Fortierville depuis plus de 12 ans, souligne que la création du nouveau GMF, de niveau 1, permettra minimalement le suivi de 6000 patients par année, tandis que le service d’urgence sera maintenu de 8 h à minuit, 7 jours sur 7. De plus, se réjouit-elle, l’accès à un service de radiographie en soirée améliore la prise en charge des patients.

«L’ouverture du GMF permet de maintenir et de renforcer la première ligne sur le territoire et de faire face au prochain défi, qui est de donner un accès privilégié à la population du GMF à leur médecin», se félicite Mme Héroux. Elle indique qu’une travailleuse sociale et une pharmacienne se joindront à l’équipe de dix médecins au mois de septembre. De plus, espère-t-elle, une deuxième infirmière spécialisée en soins de première ligne complétera éventuellement le groupe.