Le déficit anticipé de l'UQTR s'est avéré plus élevé que prévu.

UQTR: le déficit anticipé est plutôt de 13 millions $

On savait déjà que l'UQTR anticipait un déficit de 10 millions $ pour son année financière 2015-2016. À son arrivée en poste, la semaine dernière, le nouveau recteur, Daniel McMahon, avait parlé de «plus de 10 million $».
Toutefois, depuis son arrivée en poste, le 8 février, le recteur a demandé à ce que toutes les données budgétaires soient actualisées et qu'un état détaillé de la situation financière réelle de l'Université lui soit présenté. «Le chiffre de 13 millions $ a été évoqué», a confirmé, jeudi, le directeur des communications, Bertrand Barré.
«Mais on travaille à avoir une estimation plus précise», dit-il.
L'exercice financier de l'UQTR se terminera le 30 avril. «Pour l'instant, c'est une estimation», indique M. Barré.
Un travail est donc amorcé, comme l'avait signifié M. Mahon la semaine dernière, afin d'élaborer un plan de redressement de la situation budgétaire qui devra être à la satisfaction du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.
Un déficit n'est souhaitable pour aucune université. En pareil cas, le ministère peut retenir le versement de 10 % de la subvention de fonctionnement ou subvention conditionnelle, d'où l'importance du plan de redressement.