Laurent Turcot, professeur au département des sciences humaines, section histoire, à l'UQTR.

L'histoire des loisirs et des divertissements sous la loupe de l'UQTR

Ubisoft a fait appel à son expertise en histoire pour son jeu Assassin's Creed; il a gagné le prix d'excellence en enseignement de l'UQTR; il fut spécialiste invité dans la télé-série Le Rêve de Champlain et voici que le professeur Laurent Turcot vient de décrocher une Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements.
C'est que loisir et divertissement ne sont pas synonymes, explique-t-il d'entrée de jeu. «Il va y avoir un travail sur les mots. Ça va être le cadre principal de la recherche», explique le chercheur de l'Université du Québec à Trois-Rivières.
Et son étude va être assez large, voire ambitieuse, puisque ces mots et leur sens seront explorés du 16e au 19e siècles en France, en Angleterre, en Italie, en Espagne et au Canada.
Avec la popularité du cinéma et des jeux vidéos, «on a l'impression que notre société marchande, avec son industrie culturelle, a inventé ce modèle-là. C'est absolument faux», dit-il, citant l'exemple des théâtres italiens de la Commedia dell'arte.
«Le but de la chaire est de comprendre cette marchandisation des loisirs», dit-il, tant au Canada qu'en Europe.
Plus de détails dans Le Nouvelliste du 15 octobre