L'Université du Québec à Trois-Rivières

Le déficit d'opération résorbé en cinq ans à l'UQTR

L'Université du Québec à Trois-Rivières a annoncé, mardi, qu'elle prévoit résorber le déficit de 16 millions $ de son budget d'opération d'ici les cinq prochaines années. Ceci entraînera toutefois un déficit cumulatif, mais ce déficit pourrait, toujours selon l'UQTR, être résorbé par la suite, c'est-à-dire à partir de 2021.
L'UQTR croit qu'elle parviendra à dégager un excédent des produits sur les charges qui lui permettra d'arriver à ses fins. C'est qu'en plus de se serrer la ceinture, l'Université mise sur un accroissement de sa population étudiante de 10 % d'ici cinq ans et sur un réinvestissement du gouvernement dans l'éducation.
Le conseil d'administration a adopté, lundi, un plan de redressement financier. Ce plan, rappelons-le, devra être accepté par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.
L'UQTR y travaille depuis des mois. Pas moins de 40 rencontres ont été tenues entre la direction et la communauté universitaire afin de trouver des pistes de solution.
Parmi les mesures qui sont mises en place, il y a l'abolition d'un poste vacant sur deux, de même pour les postes contractuels, et ce, pour toute la durée du plan de redressement.
Les cadres supérieurs ont accepté une baisse de 4 % de leur salaire, les cadres, de 3 % et le personnel professionnel, de 2 %.
Les professeurs, eux, ont convenu de réduire le plancher d'emploi de 15 postes en 2016-2017 et de deux postes de plus en 2017-18.
Les discussions se poursuivent avec le personnel de soutien.
L'UQTR prévoit donc des économies du côté des conventions collectives pour les prochaines années.
Le plan comporte aussi des réductions de dépenses dans le budget de fonctionnement ainsi que des mesures qui permettront à l'Université d'augmenter ses revenus.