Sur la photo: Guy Langevin (arts et sciences humaines); Rémi Caron, père de Claudia Caron (catégorie de la relève); Yves Lacroix (sciences et génie); Robert Ricard, président du ca de l'UQTR; Nicole Poirier, présidente d'honneur; Rémy Trudel (éducation, lettres et langues); Dr Denis Richard (sciences de la santé); Patrick Pellerin (sciences administratives) et Robert W. Mantha, vice-recteur de l'UQTR. Le lauréat en sciences sociales, le sénateur Éric Forest n'a pu être présent.

Gala des Pythagore: l'UQTR honore sept anciens

C'était soir de fête, mercredi, à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) alors que la maison d'enseignement trifluvienne a honoré sept de ses anciens étudiants dans le cadre du septième Gala des Pythagore.
Les sept diplômés qui étaient les vedettes de cette cérémonie annuelle ont été sélectionnés en raison de leurs réalisations professionnelles, de la reconnaissance de leurs pairs, de leur implication dans la communauté et des liens qu'ils conservent avec leur alma mater.
En arts et sciences humaines, c'est l'artiste, commissaire indépendant et enseignant au Cégep de Trois-Rivières Guy Langevin qui a été sélectionné. Celui qui a gradué en arts plastiques en 1977 se dit très flatté de recevoir un tel honneur.
«C'est inattendu comme honneur. Je ne sais absolument pas qui a proposé mon nom! C'est une belle marque de reconnaissance de la part de l'université, d'autant plus que j'ai très peu de relations avec l'UQTR depuis que j'en suis sorti. Je n'y enseigne pas et je ne fais pas partie du milieu universitaire. C'est bien de se faire dire, 40 ans après avoir fini mon cours, que le temps et les efforts que j'ai investis dans mon travail, ça valait la peine», a-t-il confié.
Par ailleurs, cette soirée a permis à M. Langevin de se remémorer de bons souvenirs des années qu'il a passées comme étudiant à l'UQTR. Il se souvient que le pavillon du département d'arts plastiques se trouvait à l'époque au centre-ville, plus précisément sur la rue Laviolette, où l'on retrouve présentement l'édifice qui abrite le Musée québécois de culture populaire.
«Quand la fournaise partait, le pavillon tremblait! Mais on était chez nous. On était dans notre domaine. Ce pavillon, qui était un ancien couvent, avait une de ces chaleurs... La salle de dessin était dans une ancienne chapelle. C'était une belle salle. On pouvait y faire ce que l'on voulait. Nous étions gâtés», a raconté celui qui avait quitté son Chicoutimi natal pour venir étudier à Trois-Rivières, ville qu'il habite depuis ce temps.
L'ancien député et ministre Rémy Trudel est la personnalité qui a été sélectionnée dans la catégorie éducation, lettres et langues.
En plus d'avoir siégé à l'Assemblée nationale de 1989 à 2003, cet homme natif de Sainte-Thècle a été notamment le recteur-fondateur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, a occupé le poste de président de la Conférence lusofrancophone de la santé et est présentement professeur à l'École nationale d'administration publique (ÉNAP). Il a été diplômé en éducation en 1973 et en 1975.
Très fier de cet honneur et d'avoir fréquenté l'UQTR, il a soutenu qu'elle n'avait rien à envier aux grandes universités du Québec.
«L'UQTR est une université qui a de l'ambition. Elle a de l'ambition à cause de son premier recteur, Gilles Boulet. [...] Elle est notamment une des premières universités en dehors de Montréal et de Québec à s'être lancée dans les sciences de la santé avec la chiropratique. Ce fut la même chose avec les départements de génie et elle forme de bons ingénieurs», a-t-il mentionné avant d'ajouter qu'elle n'est pas qu'une simple université régionale.
Du côté des sciences administratives, le président de l'entreprise Marmen, Patrick Pellerin, a été honoré. Rencontré quelques minutes avant le début de la cérémonie, il a mentionné qu'il acceptait cet honneur au nom de toute l'équipe qui a travaillé au cours des années afin que son entreprise devienne ce qu'elle est actuellement.
«Je suis ici parce que j'ai du succès. Mais si j'ai eu du succès, c'est en raison d'un travail d'équipe», a-t-il dit.
Diplômé en économique en 1984, c'est à l'UQTR, et plus précisément en fréquentant la bibliothèque, qu'il a développé une passion pour la lecture.
«J'ai découvert d'autres mondes et d'autres domaines [en lisant]», a-t-il précisé.
En sciences de la santé, c'est le directeur du Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Dr Denis Richard, qui a mérité la palme. Il a été diplômé de l'UQTR en sciences de l'activité physique en 1978.
Le président et directeur général de l'entreprise trifluvienne FAB 3R, Yves Lacroix a quant à lui été récompensé en sciences et génie. Homme impliqué à Trois-Rivières, il a gradué en génie industriel en 1987. 
Absents lors de la cérémonie, le sénateur Éric Forest (récréologie, 1977) ainsi que Claudia Caron (communication sociale, 2008) ont été respectivement honorés en sciences sociales et dans la catégorie relève. La jeune femme qui travaille pour le fabricant de jouets Mattel en Californie était représentée par son père et a adressé quelques mots aux personnes présentes via Skype.