Plus de 2000 personnes ont signé une pétition réclamant la fin du lock-out à l’UQTR.

UQTR: une pétition pour réclamer la fin du lock-out

TROIS-RIVIÈRES — Une pétition a récemment été lancée en ligne afin de réclamer la fin du lock-out à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

En fin de soirée dimanche, plus de 2200 personnes l’avaient signée et réclament donc également la reprise de négociations «normales et justes dans le but de protéger l’intégrité de l’enseignement et de la recherche à l’UQTR».

Selon les commentaires écrits dans la section prévue à cet effet, il semble que plusieurs des signataires sont des personnes directement affectées par le lock-out. De plus, des étudiants ont profité de cette tribune pour décrire l’impact qu’aura ce lock-out sur la suite de leur parcours académique.

«Ce lock-out affectera la communauté plus largement, par exemple en retardant ou annulant les internats du programme des sciences infirmières, ces internats contribuant normalement et significativement à l’offre de soins dans la région», peut-on également lire dans le communiqué émis de façon anonyme afin d’annoncer le lancement de la pétition.

Rappelons que les deux parties ont participé à un blitz de négociations au cours du week-end afin de trouver un terrain d’entente. Fait à noter, le lock-out a été décrété à minuit mercredi et la convention collective est échue depuis le 31 mai 2017. Le 28 septembre 2017, la première proposition patronale a fait l’objet d’un rejet lors de l’assemblée générale du Syndicat des professeur(e)s. La direction soutient qu’une seconde proposition a récemment été rejetée massivement par le Conseil syndical du Syndicat des professeur(e)s, soit le 26 avril dernier.