L’UQTR accueillait jeudi les nouveaux étudiants au CAPS.

UQTR: «On doit regarder en avant»

TROIS-RIVIÈRES — Pendant que les professeurs étaient en pleine période de vote, jeudi après-midi, afin d’entériner la position de leur conseil syndical sur l’aspect monétaire du projet d’entente survenu en juillet dernier, avec la direction, l’UQTR accueillait ses nouveaux étudiants en vue de la session d’automne 2018, qui débutera le 4 septembre.

Au cours des festivités de la rentrée organisées pour eux, les étudiants ont pu rencontrer le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon. Interrogé par Le Nouvelliste au sujet de l’ambiance qui règne après une période de lock-out au printemps et des négociations très difficiles, le recteur a préféré se concentrer sur des éléments positifs. «Ce qui nous rassemble, autant la partie syndicale que la partie patronale, c’est notre passion pour l’enseignement, notre passion pour la recherche et c’est là-dessus qu’on va se reconcentrer et je n’ai aucun doute puisque moi, je le dis, j’ai le meilleur corps professoral. Alors je ne vois pas pourquoi les choses ne pourraient pas aller», répond-il.

Les choses semblent effectivement très bien aller. Au cours de l’assemblée générale extraordinaire tenue jeudi et qui s’est terminée à 14 h 20, les membres ont en effet adopté la proposition recommandant l’acceptation de la lettre d’entente de principe sur les clauses salariales. Le vote se poursuivra toutefois vendredi ainsi que le mardi 4 septembre, jusqu’à 17 h.

Notons qu’au moins 25 % des membres, soit environ 110 professeurs, doivent s’exprimer pour que le vote soit pris en considération.

Il n’a pas été possible de parler aux représentants du Syndicat, jeudi. Interrogé à savoir dans quelle ambiance se fait ce retour en classe, le recteur a pour sa part fait le commentaire suivant: «On n’oubliera pas ce qui s’est passé, bien sûr. On va en tirer des leçons qui doivent être tirées, mais à partir d’aujourd’hui, on doit regarder en avant de nous. On travaille pour l’avenir. On travaille pour les étudiants et les étudiantes, pour bâtir leur avenir», dit-il.

Le recteur était d’ailleurs très heureux d’annoncer au Nouvelliste que le nombre d’étudiants augmente à nouveau cette année à l’UQTR. «C’est très difficile de parler de statistiques avant le 21 septembre», précise-t-il, c’est-à-dire la date limite d’abandon des cours sans pénalité, «mais jour pour jour, on est en avance sur les données de l’année dernière donc on aura une croissance encore une fois cette année. C’est ce qu’on espérait», dit-il.

Le recteur, Daniel McMahon, s’est adressé aux nouveaux étudiants.

C’est que plus l’UQTR compte d’étudiants, plus ses revenus s’élèvent et plus son déficit accumulé s’abaisse. Des efforts constants sont donc déployés, notamment à l’international, pour accroître le contingent étudiant.

Cette nouvelle croissance qui marquera la session d’automne 2018 «est facile à interpréter», indique le recteur. «On a un corps professoral qui est exceptionnel. On a de la recherche de pointe. On a un campus qui est de taille humaine. Ce sont les forces principales de l’Université», dit-il.

Cette année, l’UQTR consolidera ses programmes, toutefois, «on a deux ou trois programmes nouveaux qui devraient démarrer. Ce n’est pas encore officiel si ça décolle ou non. Ça dépend du nombre d’inscriptions qu’on va connaître dans quelques jours. «On travaille sur de nouveaux développements», dit-il.

Le microprogramme de premier cycle en enseignement d’une langue algonquienne, le diplôme d’études supérieures spécialisées en sciences forensique – unique à l’UQTR – ainsi que la nouvelle concentration en éthique appliquée du doctorat en philosophie constituent ces nouveautés.

Le recteur a également tenu à souligner la réouverture du certificat d’infirmière de première assistance en chirurgie (IPAC), «pour laquelle le ministère de la Santé et des Services sociaux le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, le Département des sciences infirmières et le Laboratoire d’anatomie ont collaboré de façon exceptionnelle».

En accueillant les nouveaux étudiants, jeudi, le recteur a souligné que la moyenne d’âge des professeurs à l’UQTR est inférieure à 40 ans. «C’est excessivement jeune, dans une université. Ça veut donc dire que les profs que vous allez côtoyer sont proches de votre génération», a-t-il fait savoir aux nouveaux étudiants.

Le recteur a rappelé que la piscine, qui est en réfection, sera prête vers la période de Noël tandis que d’importants investissements seront apportés à la piste d’athlétisme et au terrain de soccer d’ici 2021.