Jason Luckerhoff

Université de l’Ontario français: l’entente signée par le fédéral

OTTAWA — C’est officiel: l’Université de l’Ontario français verra le jour après plus d’un an de tergiversations et de négociations.

Les gouvernements Trudeau et Ford ont apposé leur signature sur une entente de financement conjointe fédérale-provinciale pour la création de l’UOF.

L’entente signée confirme que le projet verra le jour grâce à un investissement de 126 millions $ sur huit ans. Chaque ordre de gouvernement s’est engagé à verser jusqu’à 63 millions $.

Le fédéral financera le démarrage de l’université pour les quatre premières années, puis partagera le financement lors de la cinquième année. L’Ontario devra prendre le relais par la suite et devra verser au minimum une somme identique à celle du fédéral.

Au terme des huit ans, le gouvernement de l’Ontario devrait continuer de lui fournir un soutien opérationnel comme tous les autres établissements d’enseignement postsecondaire subventionnés par l’État.

Professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Jason Luckerhoff, agit à titre de vice-recteur au développement des programmes et des savoirs pour l’UOF. Il se dit évidemment très heureux de cette annonce. «Je désire remercier le recteur Daniel McMahon et la direction de l’UQTR d’avoir cru en ce projet d’université francophone en Ontario en acceptant de me prêter à titre de vice-recteur au développement des programmes et des savoirs. Ce prêt aura été un apport crucial à un moment où l’université fonctionnait en l’absence d’un recteur avec une équipe réduite, en raison des coupures de financement au projet. Je désire aussi remercier les gouvernements provincial et fédéral pour leur leadership et leur soutien, par l’entremise de la ministre des Transports et des Affaires francophones, Caroline Mulroney, du ministre des Collèges et Universités, Ross Romano, et du premier ministre Doug Ford, ainsi que la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, et le premier ministre, Justin Trudeau. C’est toute la francophonie canadienne qui peut se réjouir de cette annonce qui confirme un intérêt gouvernemental pour la valorisation du français en Ontario, au Canada et à l’international. L’Université du Québec à Trois-Rivières est un partenaire de la première heure et nous avons une rencontre prévue entre la direction de l’UOF et la direction de l’UQTR à la fin du mois de janvier pour peaufiner un partenariat fort prometteur», mentionne-t-il.