Alors qu’on attendait le printemps le 16 avril dernier, c’est plutôt du verglas et du grésil qui sont tombés un peu partout dans la région.

Une tempête à 125 000 $

TROIS-RIVIÈRES — La tempête de verglas et de grésil qui s’est abattue sur le Québec le 16 avril dernier oblige la Ville de Trois-Rivières à piger un montant de 125 000 $ dans ses poches afin d’ajouter au budget de déneigement. Cette tempête, rappelons-le, est survenue quelques heures après l’expiration des contrats de déneigement, qui se terminent toujours au 15 avril avec les entrepreneurs embauchés par l’administration municipale.

Il est plutôt rare que Trois-Rivières dépasse son budget de déneigement, étant donné que la Ville conclut chaque année des contrats en fonction d’une moyenne annuelle de 250 centimètres de neige. Si la météo nous réserve moins de chutes de neige, le contrat ne bouge pas. Par contre, si l’on dépasse les 250 centimètres en une année, le montant n’est pas non plus revu à la hausse. En 2017, la Ville avait consacré 14 M$ à son budget de déneigement.

Or, cette fois-ci, ce n’est pas une question d’accumulation qui entre en ligne de compte, mais bien de date de la chute de neige, considérée du coup comme «hors saison». La Ville a en effet procédé à la location d’équipement et de services auprès de ses entrepreneurs pour en quelque sorte prolonger la saison et permettre le déglaçage des rues pour les automobilistes.

«On évalue que les opérations pour cette tempête vont équivaloir à 125 000 $», confirme Cynthia Simard, coordonnatrice aux communications pour la Ville.

Selon Mme Simard, il serait toutefois surprenant que l’on change les façons de faire dans le futur, puisque depuis la fusion municipale en 2002, la Ville a dépassé seulement à deux reprises la période du 15 avril pour le déneigement, en comptant la tempête du 16 avril dernier.

«Ça demeure encore avantageux pour nous de rester avec des contrats qui se terminent au 15 avril. Le temps nous montre que ça se produit très rarement et que c’est exceptionnel», mentionne-t-elle.

Rappelons que la Ville de Shawinigan, pour sa part, n’a pas eu à revoir ses budgets étant donné que ses contrats de déneigement se terminent au 30 avril.

Quant au ministère des Transports, il a également dû prolonger certaines ententes et contrats au-delà du 15 avril pour les autoroutes et les différentes municipalités avec qui il a des ententes, mais les chiffres concernant cette tempête de neige ne sont pas disponibles.