L’humoriste Guy Bernier a participé au spectacle-bénéfice au profit de la Fondation Charles-Bruneau organisé par la jeune Audrey Gélinas.

Une soirée parfaite pour Audrey Gélinas

TROIS-RIVIÈRES — La grandeur d’une femme ou d’un homme ne se mesure pas en centimètres, mais bien par ses actions. Audrey Gélinas en est l’exemple vivant. La jeune femme de 20 ans atteinte d’une maladie génétique rare qui a des impacts majeurs sur sa vie a organisé samedi soir un spectacle-bénéfice au profit de la Fondation Charles-Bruneau.

Pas moins de 400 personnes ont assisté à ce spectacle présenté à l’auditorium de l’école secondaire des Chutes à Shawinigan qui a permis d’amasser 7000 $ pour cette fondation qui vient en aide aux enfants atteints du cancer.

«Le spectacle s’est vraiment très bien passé et nous avions un public de feu. Ça donne vraiment une grosse dose d’énergie», a écrit la jeune femme, qui n’a plus l’usage de la parole, lors d’un entretien.

Audrey Gélinas.

Les spectateurs ont pu assister à des numéros du chanteur Kevin Bazinet, de l’humoriste Guy Bernier ainsi que de leurs invités. Ces deux artistes ont d’ailleurs aidé Audrey Gélinas à mettre sur pied le spectacle.

Audrey Gélinas a à cœur la Fondation Charles-Bruneau. Atteinte du syndrome de Rothmund-Thomson, elle souffre d’un affaiblissement du système immunitaire, d’anomalies squelettiques, d’importants problèmes de peau et elle est plus à risque d’avoir un cancer. Elle a d’ailleurs dû plusieurs fois affronter le cancer. L’organisation de cette soirée a prouvé à la jeune femme que malgré la maladie, elle est capable de réaliser ses défis.

«Malgré mes épreuves de cette année, je suis capable de faire de grandes choses», a-t-elle ajouté en tenant à bien spécifier qu’elle a été entourée de toute une équipe pour mener à bien ce projet.

Audrey Gélinas sur scène en compagnie  de Kevin Bazinet et de Guy Bernier.

«L’adrénaline que ça provoque une soirée comme ça, c’est juste fou. Les sommes amassées vont servir à la recherche pour trouver des remèdes contre les cancers pédiatriques au Québec. C’est pourquoi la Fondation Charles-Bruneau est importante pour moi.»