Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une serre communautaire verra le jour dans le secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine.
Une serre communautaire verra le jour dans le secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine.

Une serre communautaire verra le jour dans le secteur Cap-de-la-Madeleine

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Le secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine verra naître au printemps prochain un projet de serre communautaire sur son territoire. En effet, ce projet d’une valeur de 341 032 $, mis sur pied par Le Bucafin, vise à implanter une serre communautaire de culture maraîchère, sur la rue Saint-Irénée, à deux pas de l’école primaire Dollard.

Le projet de serre solidaire vise ainsi à offrir des alternatives alimentaires intéressantes pour les citoyens de ce secteur du Cap-de-la-Madeleine et à contribuer à un système alimentaire durable et de proximité.

Pour la directrice du projet Cecilia Protz et la chargée de projet Carolane Babineau, il s’agit d’un projet né d’un rêve collectif de mise sur pied d’une ville nourricière.

«Notre motivation première est de rendre accessibles des fruits et légumes de qualité pour les gens vivant dans ce secteur de la ville. Nous allons avoir un kiosque mobile qui nous permettra de se déplacer et ainsi avoir un service de proximité pour les résidents et les résidentes. C’est également un projet de participation citoyenne qui permettra l’implication bénévole de plusieurs citoyens. Notre rêve, c’est que nous ayons un jour une ville qui devienne un grand potager pour tous», soutient Cecilia Protz.

Ainsi, la Serre solidaire permettra non seulement de favoriser la participation citoyenne, mais elle permettra également de réunir différents acteurs des milieux communautaires, puisqu’une partie des récoltes servira entre autres à soutenir l’organisme Moisson Mauricie/Centre-du-Québec et la Table populaire pour l’approvisionnement en aliments frais.

Le projet favorisera par ailleurs la réinsertion sociale notamment auprès des bénéficiaires de l’organisme Ébyôn, en plus de servir d’outil d’apprentissage pour les élèves fréquentant l’école Dollard.

Des ateliers pédagogiques et activités de sensibilisation liés à l’agriculture urbaine et aux saines habitudes de vie devraient également être proposés ultérieurement.

Rappelons que ce projet a notamment été rendu possible grâce à une somme de 181 685 $ sur trois ans issue du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS), dans le cadre de l’Alliance pour la solidarité, en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

De plus, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec a investi une somme de 57 397 $ dans ce projet et la Table d’intervention régionale de la Mauricie a quant à elle fourni un montant de 53 000 $. Finalement, les Caisses Desjardins de la Ville de Trois-Rivières vont pour leur part investir un montant de 50 000 $ sur les cinq prochaines années pour la mise sur pied du projet.