Un chèque de 35 000 $ sera remis aux maisons d’hébergement Le FAR et La Séjournelle.

Une réussite pour toutes les femmes

SHAWINIGAN — Mission accomplie pour Les Demois’Ailes. Ces 35 femmes de la Mauricie ont réalisé le défi de quatre jours de course à pied à relais à travers le Québec, soit 750 kilomètres pour une bonne cause.

Des larmes de joie, des ballons, des bravos et de nombreuses accolades. Tout y était pour des retrouvailles hautes en émotion à l’arrivée des Demois’ailes à Shawinigan dimanche. Des centaines de familles et amis étaient présents pour célébrer cet accomplissement.

L’émotion était palpable à l’arrivée.

Pendant les neuf mois d’entraînement, les Demois’ailes ont amassé des fonds pour les femmes victimes de violence conjugale. Un montant de 50 000 $ a été remis aux maisons d’hébergement le FAR et La Séjournelle. «Ce grand défi porté jusqu’à la dernière minute par chacune des coureuses vient de prendre fin et cette réussite est pour toutes les femmes», mentionne Claudiane Gélinas, présidente de la fondation La Séjournelle.

«Vous avez toute mon admiration. Il faisait chaud, la température était souvent à son maximum. C’est un événement qui fait en sorte que les dames se dépassent de façon toute particulière. Au-delà de l’effort que vous avez fait, vous le faites pour une grande cause qui me tient particulièrement à cœur. Vous êtes des femmes qui aidez d’autres femmes qui sont victimes de violence conjugale. La violence conjugale est quelque chose d’inacceptable dans notre société. Votre force de caractère et la course que vous avez faite démontrent hors de tout doute que vous êtes des femmes d’exception, qui méritez d’être reconnues et entendues», a déclaré Michel Angers, maire de Shawinigan, devant la foule de femmes ayant réalisé le défi.

Les Demois’Ailes ont été accueillies avec des bouquets de fleurs.

Les femmes s’entendent toutes pour dire que ce grand défi est valorisant et peut venir en aide à des milliers de victimes. «Ce qui me rend le plus fière, c’est vraiment l’accomplissement de tout le travail fait durant l’année. C’est une belle cause et on rencontre des gens exceptionnels», a confié Marie-Ève Beauce, l’une des Demois’ailes.

Le défi des Demois’ailes sera de retour l’an prochain pour sa septième édition.