Les tables accueillent chacune deux enfants pour le dîner au CPE le Cerf-Volant.
Les tables accueillent chacune deux enfants pour le dîner au CPE le Cerf-Volant.

Une rentrée plutôt positive dans les CPE

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Shawinigan — Malgré les nombreux réaménagements nécessaires, le port d’équipements de protection et le stress engendré par la situation du coronavirus, le retour dans les CPE de la région semble bien se dérouler.

Comptant plus de 20 ans d’expérience dans le milieu des centres de la petite enfance, Josette Allard Gignac ne se souvient pas d’avoir vécu pareille situation. Mais la directrice générale du CPE le Pipandor de Shawinigan est d’avis que les choses se sont bien passées, lundi.

«On a environ 75 enfants, soit 30 % de notre capacité. C’est 10 fois plus d’ouvrage que gérer 250 enfants, car ce sont toujours de nouvelles directives, mais ça va mieux que ce à quoi je m’attendais. Les enfants s’adaptent très bien. Ils étaient contents de revoir leurs éducatrices. Le choc n’a pas été trop brutal.»

Le choc auquel fait référence Mme Allard Gignac est le fait de voir les éducatrices portant masques et visières. Ces dernières ont pris le temps d’expliquer aux enfants pourquoi elles étaient ainsi accoutrées. Le port de ces équipements s’ajoute à toutes les mesures prises pour permettre l’espacement physique dans un milieu favorable aux rapprochements entre les enfants et entre ceux-ci et les éducatrices.

Les éducatrices en CPE travaillent avec masque et visière, comme le démontre cette photo prise au CPE le Cerf-Volant.

«Dans les locaux, on a des zones de désinfection pour que ce soit plus facilitant. On a aménagé les aires de jeu pour la distanciation sociale. Chaque enfant a son ensemble de jouets lavables. Aucun parent ne circule dans le CPE. Pour la distanciation, on le fait dans la mesure du possible. Mais avec des enfants, ce n’est pas évident. Pour un poupon qui a besoin de se faire bercer, on va mettre une doudou sur l’éducatrice. Si un autre enfant va se coller, on met une autre doudou. On trouve les moyens du bord», raconte Mme Allard Gignac, en précisant que la direction doit gérer l’inconnu et rassurer sa soixantaine d’employés dans un contexte propice à développer du stress plus qu’à l’habitude.

Les derniers équipements de protection sont arrivés samedi au CPE le Cerf-Volant du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières. Le CPE a franchi avec succès les étapes de l’inspection gouvernementale et tout était en place pour accueillir 62 enfants, raconte la directrice générale, Anita Julien.

«On se sentait prêts et fébriles, admet Mme Julien. On a préparé nos locaux, on a sous-divisé les groupes pour avoir quatre enfants par éducatrice, les parents collaborent et ça se passe bien.»

Mme Julien indique que son équipe était quelque peu nerveuse de reprendre le collier, la crainte d’attraper le coronavirus étant présente.

Les parents doivent aussi respecter l’espacement de deux mètres lorsqu’ils attendent pour déposer leur enfant.

«Les filles ont de l’inquiétude, mais sont bien équipées. La désinfection est accentuée. Même pour les enfants, on essaie de circonscrire les endroits où ils peuvent aller. J’ai été surprise de l’adaptation des enfants.»

Claire Beaubien, directrice générale du CPE Gribouillis de Louiseville, salue la contribution du gouvernement et de l’Association québécoise des CPE dans la fourniture d’informations ayant permis de guider les services de garde dans leur réaménagement. Elle aussi se dit heureuse de la tournure des événements.

«Franchement, ça s’est bien déroulé. On fait attention à la règle des deux mètres, on a une belle collaboration des parents. Mais c’est du sport. On met des lignes de marquage à l’extérieur pour contrôler l’arrivée des parents. On a des filles attitrées à la désinfection. S’habituer à porter un masque et une visière, c’est quelque chose. Les éducatrices trouvent que c’est chaud, là-dedans.»

Le CPE Gribouillis accueille 30 % de ses 120 enfants répartis dans trois installations. C’est sans compter les 377 places dans les services de garde en milieu familial. Selon Mme Beaubien, des responsables de services de garde ont décidé de ne pas ouvrir leur service en raison de leur état de santé ou de l’état de santé d’une personne qui habite avec eux. D’autres services demeurent fermés temporairement par précaution. Selon Mme Beaubien, les parents des enfants inscrits dans ces services de garde devraient réussir à trouver une alternative.

Les jouets sont désinfectés régulièrement durant la journée au CPE le Cerf-Volant.

«Ce qui aide la région, c’est que les services privés ont ouvert. Ça allège, car les enfants doivent retourner dans leur service de garde.»

Le Cerf-Volant avait 427 enfants dans des services de garde en milieu familial avant la crise. Onze des 74 responsables de services de garde n’ont pas rouvert leurs portes. Il est très possible que des parents n’aient pu obtenir une place pour leur enfant. S’ils ne peuvent le faire auprès du CPE qui est responsable des services de garde en milieu familial, ils peuvent consulter le site laplace0-5.com, le guichet unique d’accès en services de garde.