Même si elle n’a pas été appréciée de tous, en raison de son positionnement pendant l’été, la rencontre aura néanmoins été constructive en prévision du programme triennal d’immobilisations.

Une rencontre au goût amer

Trois-Rivières — Onze conseillers sur quinze étaient présents lundi lors de la rencontre inattendue au sujet des grandes orientations du programme triennal d’immobilisations (PTI).

Cette rencontre fait suite à celles des grandes orientations du budget de 2019. Rappelons que cette réunion n’a pas fait l’unanimité auprès des conseillers présentement en vacances, puisqu’elle se tient habituellement en automne lors d’un lac-à-l’épaule.

«À la lumière de ce qu’on a discuté aujourd’hui, je crois que ça va être utile aux fonctionnaires, car cela a précisé certains points. Je demeure convaincu que ça aurait pu attendre au retour des vacances. Tout le monde a travaillé excessivement fort depuis l’élection, et le monde avait besoin d’un peu de répit. J’ai dû réaménager mon horaire pour pouvoir être là», a déclaré Denis Roy, du district de Marie-de-l’Incarnation.

«Est-ce que c’est une question de stratégie? La seule chose dont je suis convaincu c’est que ça ne s’est jamais fait comme ça, jamais aussi pressé, et jamais avec autant d’implication des conseillers dans ce niveau de détails si tôt dans le processus. Je trouve ça particulier.»

Le maire absent
L’absence la plus remarquée était celle du maire Yves Lévesque. Sa présence était l’une des raisons pour laquelle les conseillers étaient convoqués lundi, alors qu’il faisait partie des quatre personnes ayant voté présent lors de la date qui a obtenu la majorité sur un sondage.

«Je ne connais pas ses raisons, mais ça travaille mieux lorsque tout le monde est là. Si on veut donner les orientations ensemble, c’est important que tout le monde mette la main à la pâte», explique Pierre-Luc Fortin du district Des Estacades. «Il faut comprendre que nous changeons les façons de faire à Trois-Rivières. C’est important que ça se fasse», ajoute-t-il.

À ce sujet, Le Nouvelliste n’a pas été en mesure de s’entretenir avec le maire Yves Lévesque pour connaître les raisons de son absence. Une prochaine rencontre aura lieu en début septembre.