La fondatrice et pédagogue de la Coopérative Enfant Nature, Sylvie Gervais, en compagnie d’enfants.
La fondatrice et pédagogue de la Coopérative Enfant Nature, Sylvie Gervais, en compagnie d’enfants.

Une première campagne de sociofinancement pour la coopérative Enfant nature

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
Shawinigan — La coopérative Enfant nature lance, en collaboration avec La Ruche Mauricie, sa première campagne de sociofinancement, dont les recettes serviront à payer le coût des travaux de restauration de son pavillon du parc de l’île Melville de Shawinigan.

La rénovation du bâtiment situé au cœur de Shawinigan permettra de former un plus grand nombre d’intervenants en pédagogie Enfant nature. L’objectif de la campagne est de recueillir 12 500 $ en 63 jours.

«Remettre l’enfant au cœur de la nature est une action qui s’intègre mieux que jamais aux défis qu’amène la pandémie que nous vivons présentement. Avec le taux d’anxiété et de stress qui augmente chez les intervenants et les enfants, il faut s’occuper de nos petits et se mobiliser. Nous devons permettre à cette crise d’avoir des effets constructifs sur les humains de demain» souligne la fondatrice et pédagogue de la coopérative Enfant nature, Sylvie Gervais.

Les citoyens désireux de contribuer à la campagne sont invités à se rendre sur le site de La Ruche . En échange d’un don, la coopérative s’engage à remettre une contrepartie, soit une histoire audio, une formation en pédagogie Enfant nature ou bien un espace d’affichage sur le nouveau pavillon.

La philosophie Enfant nature se veut une approche pédagogique inspirée du modèle «forest school» des pays scandinaves, mais adaptée à la réalité québécoise et aux exigences des programmes ministériels. Les formateurs de l’organisme offrent leur expertise en formation et accompagnent de nombreuses garderies, CPE et écoles primaires.