Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.
Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Une pétition pour destituer le maire de La Tuque

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque —  «La population va parler. Cet homme-là fait ce qu’il veut quand il veut, il fait fi de toutes nos doléances, ça n’a pas d’allure.» Une pétition qui réclame la destitution du maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a été lancée dans les derniers jours par deux citoyennes de La Tuque.

Elles demandent au ministère des Affaires municipales d’aller de l’avant avec une procédure de destitution à l’endroit du maire de La Tuque.

«Il y a un paquet de petites choses, les femmes qui ont été victimes d’intimidation, son refus de répondre aux questions qui lui sont posées directement en séance publique... tout ça devient ridicule. C’est une ère de dictature et du je, me, moi», indique Claudette Claveau qui a lancé la pétition avec Lucie Fortin.

La pétition a été lancée récemment.

On peut lire dans le libellé de la pétition que plusieurs choses motivent la décision des instigateurs du document. Ils soulignent, entre autres, que Pierre-David Tremblay n’a pas d’adresse connue à La Tuque et qu’ils ne reconnaissent plus à Pierre-David Tremblay le droit de représenter dignement Ville de La Tuque.

L’éviction du conseiller Luc Martel des séances exécutives du conseil municipal est aussi au cœur des raisons de ce ras-le-bol manifesté par les citoyens.

«Il ne répond pas aux questions du conseiller Luc Martel. Quand a-t-il manqué de discrétion? À quel sujet? On ne sait rien de tout ça.»

Ce n’est pas la première fois que des démarches sont entreprises contre le maire de La Tuque par ces citoyennes.

«J’ai entrepris beaucoup de démarches auprès de la ministre des Affaires municipales qui refuse de s’en mêler et de la commission des affaires municipales, qui affirme qu’il n’y a pas matière à entreprendre une enquête. Nos nombreuses plaintes ne sont pas recevables. Alors, on va prendre ça entre nos mains. On est tannés», martèle Mme Claveau.

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, est au courant de la pétition, mais il n’a pas souhaité faire de commentaires.

En fin d’après-midi, lundi, près de 200 citoyens avaient signé la pétition.

Un «rappel amical» aux employés municipaux

Par ailleurs, une lettre, dont Le Nouvelliste a obtenu copie, a été envoyée aux employés municipaux afin de leur demander de ne pas effectuer de commentaires dans les médias.

La missive envoyée par le directrice des ressources humaines de la Ville se lit comme suit : «[...] il est essentiel de vous concentrer sur votre travail et vos fonctions et de laisser les personnes responsables de cet aspect s'occuper du débat politique.»

On «recommande fortement» également aux employés «d'éviter toute implication d'ordre politique qui puisse vous mettre en situation de manquement à l'égard du Code d'éthique et de déontologie des employés municipaux de la Ville de La Tuque.»

Les ressources humaines en profitent pour rappeler aux travailleurs les valeurs dudit code d'éthique.

Enfin, on assure qu'il s'agit d'un «rappel amical pour que tout le monde soit sur la même longueur d'ondes à ce sujet.»