François Bélisle, conseiller municipal.

Une période difficile pour les nageurs

TROIS-RIVIÈRES — Des travaux majeurs de réfection sont prévus prochainement dans plusieurs piscines de la région. Les travaux à la piscine du CAPS de l’UQTR ne commenceraient en effet qu’à l’hiver 2020, mais seulement si les procédures judiciaires aboutissent d’ici là. Le Cégep de Trois-Rivières, de son côté, est sur le point d’entreprendre des rénovations majeures de la sienne. La piscine du Collège Shawinigan sera fermée pour un an pour une rénovation de fond qui s’amorcera en mai 2020. Le conseil de Ville de Trois-Rivières envisage également la réfection de la piscine de l’Exposition dans les environs de la même date.

Pendant que la piscine du CAPS de l’UQTR n’est plus accessible, les nageurs essaient tant bien que mal de se rabattre sur les autres piscines de la région. Celle de l’Institut de police de Nicolet connaît une hausse de son achalandage de 15 % depuis la fermeture de celle de l’UQTR, indique Sébastien Turgeon du service des communications de la Ville de Nicolet.

Le service des communications de la Ville de Shawinigan, de son côté, n’a pas donné suite à notre demande à savoir si l’achalandage de la piscine du Centre des arts avait augmenté depuis la fermeture temporaire du CAPS. Du côté du Collège Shawinigan, la piscine est demeurée fermée pour la saison estivale comme c’est le cas chaque année. Elle sera également en rénovation pendant un an à partir de mai 2020, signale le directeur des affaires étudiantes et communications, Alain Huard.

Les nageurs de la région ne peuvent présentement utiliser la piscine du Cégep de Trois-Rivières pour des bains libres puisqu’elle n’est pas ouverte à la population, mais réservée aux étudiants, précise Marie-Ève Boivin de la direction de l’information. Une entente avec l’UQTR permet toutefois à certains organismes partenaires de l’utiliser, dont les Patriotes et le Centre Multiplus.

Il avait été question de rénover la piscine du Cégep de Trois-Rivières après la réfection de la piscine de l’UQTR. Toutefois, puisque le dossier de l’UQTR est maintenant devant les tribunaux et tarde à se régler, cette coordination risque d’être dérangée. Mme Boivin n’a toutefois pas pu nous préciser combien de temps le Cégep pourra attendre avant d’amorcer les travaux. «Ce ne sera pas cet automne», signale-t-elle toutefois.

À la piscine du DLS, l’achalandage a fait un bond important depuis que les bains sont interrompus à l’UQTR. Avant la fermeture de la piscine du CAPS, le taux d’utilisation était de 50 % ou 55 % de 9 h à 20 h. Aujourd’hui, il est de plus de 90 % même si les horaires ont été élargis de 6 h à 22 h, indique Anne-Marie Bellerose, responsable des communications à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Il est possible également de se rabattre sur la piscine privée du Yoseikan Budo où il n’est pas nécessaire d’être membre pour aller faire quelques longueurs. Claude Roy constate d’ailleurs lui aussi une augmentation significative de l’usage de cette piscine.

Rappelons que les nageurs de la région perdront également, dans un avenir rapproché, l’usage de la piscine de l’Expo pendant 12 mois, voire plus, puisque des travaux de plusieurs millions sont dans les cartons de la Ville. Le projet devrait être présenté au conseil d’ici le début de l’automne. Les travaux consisteraient à refaire la coquille en béton de cette piscine extérieur, une des plus grandes au Canada.

Lors d’une entrevue accordée au Nouvelliste en juillet dernier, le conseiller municipal François Bélisle soulignait que plus de 50 % des baignades estivales se font à cet endroit.