Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, et son fils policier, Renaud Martel.

Une pensée pour les policiers

NICOLET — Père de policier, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a fait une déclaration mardi à l’Assemblée nationale relativement au drame familial survenu le 22 octobre dernier à Tétreaultville. Et son clin d’œil aux premiers répondants s’explique d’autant plus que son fils travaille au poste de quartier concerné par la tragédie.

«Un drame incompréhensible s’est produit le 22 octobre dernier alors que l’on retrouvait les corps de deux enfants et d’un adulte dans une résidence de l’Est de Montréal. J’ai peine à imaginer la douleur de la mère des enfants qui a elle-même constaté le drame et appelé les secours», a-t-il d’abord mentionné.

S’il admet que cette affaire a provoqué un choc terrible chez les proches et dans la population en général, M. Martel tenait toutefois à rappeler le traumatisme ressenti par les premiers policiers du Service de police de Montréal qui se sont présentés sur les lieux. «Ils ont, eux aussi, été témoins de cette scène insoutenable et à laquelle ils n’étaient certainement pas préparés. Je veux dire à ces policiers que nous comprenons leur désarroi et je les encourage à aller chercher toute l’aide nécessaire», affirme le député.

«Partout au Québec, nos policiers, et l’ensemble des premiers répondants, peuvent être appelés à vivre des situations extrêmement difficiles. Rappelons-nous qu’ils sont souvent eux aussi des pères et des mères de famille et que la cruauté de certaines scènes peut parfois leur être totalement intolérable», a-t-il conclu.