Une page Facebook pour aider les proches aidants

SHAWINIGAN — Le Centre d’action bénévole de Grand-Mère et le Centre d’action bénévole Trait d’union viennent de mettre en ligne une toute nouvelle page Facebook à l’attention des aidants naturels en collaboration avec d’autres organismes.

Intitulée Proches aidants Mauricie, cette page Facebook vise à joindre principalement les aidants naturels de 35 à 65 ans. Elle se veut un outil d’information adapté à la réalité des proches aidants. On y retrouve des capsules d’information, des articles, un calendrier d’activités ainsi que des informations sur les services offerts.

Un groupe privé du même nom sur Facebook est également disponible. Ce groupe permettra aux participants de ventiler et d’échanger en toute sécurité. Les propos tenus feront en effet l’objet d’une modération par les intervenants.

Les participants pourront discuter entre eux des enjeux quotidiens et de trucs et astuces développés au cours de leur parcours d’aidant. Il s’agit, somme toute, d’une façon de contrer l’isolement social de ces personnes, indiquent les deux CAB.

Les responsables de la page Facebook rappellent qu’au Canada, une personne sur quatre est un proche aidant. De ce nombre, 56 % occupent un emploi tout en s’occupant d’un proche.

«Selon les statistiques rassemblées par l’Appui Mauricie pour les proches aidants des aînés, la moitié des personnes proches aidantes travaillent plus de 30 heures semaine, 44 % d’entre elles sont appelées à manquer des jours de travail et 15 % à réduire leur temps de travail.

Or, selon les deux CAB, pas moins de 83 % des emplois créés au Québec depuis 2012 ont été comblés par des personnes de 55 ans et plus.

«Selon une étude du HEC Montréal, les contrecoups les plus fréquents liés au rôle de proche aidant à l’emploi sont une difficulté de concentration, la nécessité de répondre à un appel ou à une urgence pendant les heures travaillées, d’utiliser la pause pour régler des problèmes, de quitter plus tôt et/ou encore de prendre des congés personnels pour soutenir un proche», signalent les CAB.

Cela implique, soulignent-ils, que 10 % des proches aidants à l’emploi sont appelés à démissionner, à être licenciés ou à prendre une retraite anticipée.

L’étude du HEC Montréal démontre toutefois que les proches aidants souhaitent rester à l’emploi «et sont encore plus engagés envers leur entreprise que leurs collègues qui ne prennent pas soin d’un aîné».

La création de la Page Facebook vise donc à leur apporter du soutien.