Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Ce sont 6000 doses du vaccin de Pfizer qui permettront de vacciner 3000 personnes contre la COVID-19 dans la région.
Ce sont 6000 doses du vaccin de Pfizer qui permettront de vacciner 3000 personnes contre la COVID-19 dans la région.

Une octogénaire sera la première à recevoir le vaccin en Mauricie

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — C’est une dame de plus de 80 ans qui sera la première à recevoir le vaccin contre la COVID-19 dans la région, mardi, alors que se mettra en branle l’opération tant attendue au Centre d’hébergement Cloutier-du Rivage.

C’est ce qu’a fait savoir le CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec, lundi, sans pour autant dévoiler l’identité de la résidente qui recevra la première dose symbolique du vaccin de Pfizer.

On ne connaissait toujours pas le nombre de résidents qui allaient pouvoir recevoir le vaccin mardi, puisqu’il restait encore plusieurs approbations à recevoir de la part des familles.

Pour le moment, seuls les résidents du CHSLD Cloutier-du Rivage de Trois-Rivières pourront recevoir le vaccin durant la première vague qui est prévue pour durer quatre semaines dans la région, puisque l’endroit servira également de lieu de vaccination pour les employés.

Au total, ce sont 27 CHSLD qui devront être visités en Mauricie et au Centre-du-Québec pour vacciner les 2500 patients prioritaires. Plusieurs devront toutefois attendre l’arrivée du vaccin de Moderna qui pourra se déplacer plus facilement d’un endroit à l’autre. Ce qui permettra d’accélérer le déploiement de l’opération vaccination dans la région.

Du côté du Centre-du-Québec, ce sont des employés de la santé qui seront inoculés, mardi, au centre communautaire Sud de Drummondville.

La priorité sera donnée aux personnes qui sont en contact direct avec les usagers, c’est-à-dire les infirmières, les infirmières auxiliaires, les préposés aux bénéficiaires et les aides de service. Les autres membres du personnel pourront se faire vacciner au fur et à mesure, selon les différents arrivages de doses.

Pour le moment, le CIUSSS ne connaissait pas le rythme de croisière que prendra l’opération vaccination pour écouler les 6000 doses qui ont finalement été reçues lundi. Sur le site du ministère, il devrait être possible de suivre l’évolution quotidienne du nombre de vaccins qui ont été administrés dans la région.

Le tout se déroulera selon la disponibilité des travailleurs. On souhaite une bonne collaboration de leur part pour assurer l’efficacité de l’opération. «Plusieurs membres du personnel ont déjà pris rendez-vous. À Montréal, la semaine dernière, on parlait de 30 % à 40 % pour la première journée, a précisé l’agente d’information du CIUSSS, Julie Michaud. On s’attend donc à une bonne réponse.»

Du côté du syndicat, on ne croyait pas qu’il y aurait un nombre élevé parmi le personnel qui allait refuser la vaccination. «De mon côté, je n’ai pas été apostrophé par des membres sur la question», a fait savoir le président Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers, Pascal Bastarache.

«Les travailleurs de la santé, ce sont les mêmes que dans la population. Alors, oui, il y a quand même des réticences chez certains travailleurs et travailleuses, mais de notre côté, on va les encourager à aller se faire vacciner», a assuré la vice-présidente régionale de la FSSS-CSN, Marie-Line Grenier.

Celle-ci indique également que le CIUSSS se fait très avare de commentaires auprès du syndicat quant au déroulement du processus et au nombre de doses disponibles.