Une Nuit des sans-abri virtuelle

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — COVID-19 oblige, l’événement la Nuit des sans-abri n’aura pas lieu de manière traditionnelle le 16 octobre cette année. À La Tuque, Nicolet et Shawinigan, on célébrera la 31e édition de la Nuit des sans-abri «L’itinérance invisible, mais bien réelle» sur le web.

L’organisme des Travailleurs de rue de La Tuque souhaite rendre cette activité visible malgré le contexte.

«Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il y a de nombreuses personnes en situation d’itinérance à La Tuque. L’itinérance vécue sur le territoire est dite ‘‘cachée’’, c’est-à-dire que les personnes n’ont pas de domicile fixe, elles vivent temporairement chez la famille, les amis, les voisins et changent souvent d’endroit. Le thème de cette année reflète bien ce que nous vivons sur le territoire, ce n’est pas parce que nous ne la voyons pas qu’elle n’existe pas!», explique Sarah Beaumont-Gaudet, directrice de l’organisme Travailleurs de rue de La Tuque inc.

On assure que les contrecoups de la situation actuelle se feront sentir encore longtemps. D’ailleurs l’organisme est préoccupé par les impacts sur les populations plus vulnérables.

«La pandémie augmente les pressions et les risques que vivent déjà les personnes les plus vulnérables. Lors du confinement, les gens devaient rester chez eux. Quand tu n’as pas de domicile et que tu ne peux plus emprunter le divan d’un proche puisque ce n’est pas ton adresse, les solutions de rechange sont assez restreintes», note l’organisme qui organise la Nuit des sans-abri à La Tuque.

Rappelons que La Nuit des sans-abri est un événement de sensibilisation à la situation de pauvreté, de désaffiliation sociale et d’itinérance qui confronte de plus en plus de Québécois.

La 31e Nuit des sans-abri se déploie simultanément dans plus d’une trentaine de villes du Québec cette année le 16 octobre 2020.

Exceptionnellement, la promotion de l’événement sera faite via les réseaux sociaux. Tout au long de la semaine, l’organisme va sensibiliser la population aux enjeux vécus par les personnes en situation d’itinérance.

Pour une seconde année, les participants du Centre d’activités populaires et éducatives de La Tuque (CAPE) ont pris le temps d’écrire des textes en lien avec le thème «L’itinérance invisible, mais bien réelle», ces derniers seront partagés sur les pages Facebook respectives des deux organismes.

En lien avec ce projet, les participants du CAPE auront la visite de la travailleuse de rue afin d’échanger sur les différentes réalités de l’itinérance.

Même son de cloche du côté de la Nuit des sans-abri de Shawinigan. On s’est tourné vers le web pour sensibiliser la population.

«On travaille toujours en collaboration avec le TRàSH - Travail de Rue à Shawinigan. Toute la semaine, on a mis des photos, des témoignages et des vidéos en lien avec l’itinérance. Demain (vendredi), moi et la directrice du TRàSh on va publier sur nos pages Facebook respectives», a fait savoir Marie-Hélène Trudel, directrice clinique au Centre Rolland Bertrand.

«On a pris cette décision parce qu’on ne savait jamais si on allait tomber en zone rouge ou non et les événements ne sont pas super bien vus. On veut que cet événement serve à sensibiliser la population et on aurait eu plus l’impression de jouer à la police ce soir-là alors on a préféré ne pas présenter d’événement physique et s’adapter cette année», a-t-elle ajouté.

Les activités de sensibilisation auront également lieu sur le web pour la Nuit des sans-abri de Nicolet. À compter de vendredi, différents contenus seront publiés sur les médias sociaux.