Le couvent des Filles de Jésus du boulevard Saint-Louis, à Trois-Rivières

Une nouvelle vie pour le couvent des Filles de Jésus

Contraintes de quitter le couvent du Kermaria de Trois-Rivières, les Filles de Jésus ont accepté que leur imposant bâtiment du boulevard Saint-Louis soit transformé en résidence pour personnes âgées à faibles ou à moyens revenus. Cette conversion, réalisée par les Habitations populaires du Québec, sera faite au coût de 8 millions $ et permettra d'aménager 73 unités d'habitation.
«Cette décision de vendre le bâtiment est mûrie depuis longtemps. Voyant l'avenir qui se dessine, on a de moins en moins de personnel. Et les soeurs sont de plus en plus âgées. C'est difficile de faire la gestion de ces grandes maisons. C'est ce qui a motivé la décision de passer à autre chose», avoue Gisèle Lacerte, vice-provinciale de la congrégation des Filles de Jésus, qui est consciente qu'une page de l'histoire de Trois-Rivières se tourne. 
Malgré le choix très difficile, les religieuses acceptent cette réalité. N'empêche qu'elles avaient un pincement au coeur lorsqu'elles ont accepté de se départir du vaste bâtiment du boulevard Saint-Louis. «Elles ont un pincement au coeur de devoir vendre la maison où elles sont depuis toujours, mais nous sommes heureux de ce projet. Ça continue l'oeuvre que nous avons toujours réalisée. Vraiment, les soeurs sont confortables avec la décision», assure soeur Lacerte. 
«Le projet de résidence pour personnes âgées à faibles ou à moyens revenus nous rejoint vraiment.» 
Les religieuses des Filles de Jésus iront habiter avec leurs consoeurs des Ursulines et des Carmélites dans une nouvelle résidence actuellement en construction sur la rue Perreault, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. En tout, près de 200 religieuses logeront à cet endroit. Il s'agit d'une résidence plus adaptée à ces religieuses qui avancent en âge. 
La conversion de l'immeuble des Filles de Jésus sera réalisée au coût de 8 millions $, dont la moitié est financé par les Habitations populaires du Québec via le programme AccèsLogis. La Ville de Trois-Rivières participe aussi au projet en accordant une subvention de 250 000 $ ainsi que des crédits de taxes foncières pour dix ans. 
Plus de détails vendredi dans Le Nouvelliste