Une Nicolétaine au coeur du séisme de Mexico: «C'est le chaos total»

Édifices effondrés, scènes de panique: au moins 149 personnes ont péri mardi lors d'un violent séisme de magnitude 7,1 qui a secoué le centre du Mexique, dont la capitale, 32 ans jour pour jour après celui de 1985 qui avait fait plus de 10 000 morts.
Julie Roberge en des moments plus heureux.
Julie Roberge, une Nicolétaine d'origine qui vit au Mexique depuis plusieurs années, est présentement plongée au coeur de la tragédie qui a été causée par le puissant séisme qui a frappé ce pays.
La géologue qui se passionne pour les volcans n'a pas hésité à qualifier de terrible et d'épouvantable la situation dans laquelle elle et les autres habitants de Mexico se trouvaient lorsque Le Nouvelliste s'est entretenu avec elle en soirée mardi.
«C'est le chaos total. Il y a deux immeubles près de celui que l'on habite [son copain et elle] qui se sont effondrés. Il y a des gens qui sont encore pris dans les décombres et nous essayons de les sortir. Notre immeuble est encore debout, mais notre appartement est fini. Les murs sont craqués et tout est tombé par terre. Notre immeuble devrait être condamné, mais la sécurité civile a d'autres chats à fouetter pour l'instant», a raconté celle qui enseigne à l'Université de Mexico.
Comme ils ont encore accès à leur appartement, Mme Roberge et son conjoint ont pu y récupérer des outils servant lors de travaux de géologie. Ils seront très utiles lors des opérations de sauvetage des personnes prisonnières des ruines des immeubles détruits par le séisme. «On est venu nous changer et ramasser des pelles et des pics et nous retournons là-bas», a-t-elle indiqué.
Mais avant de retourner dans les rues afin de prêter main-forte à leurs concitoyens, ils ont pris le temps de récupérer quelques items de valeur afin de les mettre en sûreté dans leur voiture, qu'ils prévoyaient aller garer en lieu sûr chez la tante du conjoint de la Nicolétaine d'origine. 
Comme Mexico est une ville où le taux de criminalité est élevé, Mme Roberge craint que des personnes sans scrupule commencent à piller les appartements et les maisons abandonnés. Cette dernière a même déjà vu des automobilistes se faire voler dans leur voiture alors qu'elle était prise dans un embouteillage monstre en rentrant à la maison après le travail. Fait à noter, le trajet qui lui prend généralement trente minutes lui a pris quatre heures mardi après-midi.
«C'est très beau Mexico, très beau», a-t-elle lancé avec sarcasme en faisant référence aux pilleurs qui vont probablement s'en donner à coeur joie au cours des prochains jours.
Bilan provisoire
Il n'y aurait pour l'instant aucun mort ou blessé d'origine canadienne, selon la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.
Selon le bilan provisoire annoncé par le gouvernement fédéral du Mexique, on compterait au moins 49 morts à Mexico, 55 autres décès dans l'État de Morelos et au moins 32 autres victimes dans l'État de Puebla. Dix personnes seraient mortes dans l'État de Mexico.
Au moins 21 enfants ont péri et une vingtaine sont portés disparus après l'effondrement d'une école de Mexico.
«Nous avons un chiffre de 25 (morts), dont 21 enfants à l'école primaire Enrique Rebsamen», a déclaré à la chaîne Televisa Javier Treviño, sous-secrétaire d'État à l'Éducation.
L'épicentre du séisme, qui s'est produit à 13 h 14 locales (18 h 14 GMT), a été situé à la frontière de l'État de Puebla et Morelos (centre), à 51 km de profondeur, selon le centre géologique américain USGS.
Cette mégapole de 20 millions d'habitants a tremblé au milieu des cris, des pleurs et des crises de nerfs. Cette nouvelle secousse intervient quelques jours à peine après un tremblement de terre de 8,2 dans le sud du pays qui avait fait une centaine de morts début septembre.
Selon le maire de Mexico, Angel Mancera, au moins 44 édifices se sont effondrés et 50 à 60 personnes ont été retrouvées vivantes dans les ruines par des citoyens ou les services d'urgence. Les autorités indiquent qu'un minimum de 70 personnes ont dû être hospitalisées dans la capitale en raison de blessures.
Des vidéos postées sur les réseaux sociaux témoignaient de la violence des secousses, d'effondrements d'immeubles et même d'une forte explosion dans un bâtiment. Des images saisissantes publiées par des touristes naviguant à Xochimilco, zone lacustre du sud de Mexico, montraient de fortes vagues se former et secouer les embarcations sur ces canaux d'ordinaire calmes.
«Je suis bouleversée, je n'arrive pas à m'arrêter de pleurer, c'est le même cauchemar qu'en 1985», confiait à l'AFP Georgina Sanchez, 52 ans, en pleurs sur une place de Mexico, qui semblait revivre cet épisode marquant de l'histoire du pays.
«Ce n'est pas possible que ce soit aussi un 19 septembre!», sanglotait Lucia Solis, secrétaire, les mains encore tremblantes.
«Les gens étaient très nerveux. J'ai vu une femme qui s'est évanouie. Les gens étaient en train de courir», témoignait un peu plus loin, Alfredo Aguilar, 43 ans.
Au milieu des odeurs de gaz, plusieurs immeubles se sont effondrés ou ont été fortement endommagés, a constaté l'AFP. 
«Ne fumez pas! Ne fumez pas !», prévenaient des secouristes craignant des ruptures de canalisations de gaz, alors que les forces de l'ordre tentaient de mettre en place des cordons de sécurité en plein chaos et que des habitants regagnaient leur domicile à pied.
Des reporters ont été témoin du sauvetage d'une femme coincée dans les décombres. La foule s'est spontanément mise à crier de joie, mais les équipes de secours ont rapidement ordonné le silence afin d'entendre d'autres victimes.
Le président mexicain Enrique Peña Nieto a écourté un déplacement en province pour rentrer à Mexico en avion. «J'ai ordonné l'évacuation des hôpitaux endommagés et le transfert des patients», a-t-il écrit sur Twitter.
Colonnes de fumée
«Que Dieu bénisse les gens de Mexico. Nous sommes avec vous et nous serons là pour vous», a tweeté le président américain Donald Trump, dont les relations avec le Mexique sont exécrables.
Début septembre, il s'était vu reprocher d'avoir attendu plusieurs jours avant d'offrir ses condoléances après le séisme meurtrier dans le sud du pays.
Des colonnes de fumée étaient visibles sur des plans larges de la capitale diffusés par la télévision mexicaine.
«Il y a des gens vivants attrapés là!», a crié une femme en signalant les décombres d'une clinique. Des secouristes et des passants ont alors formé une chaîne humaine pour déblayer et tenter d'extraire d'éventuels survivants. Des patients sur des brancards ou des chaises roulantes, dont certains sous perfusion, avaient été évacués sur le trottoir.
Plusieurs institutions de la capitale, dont l'aéroport international de Mexico ou l'université nationale autonome de Mexico (Unam), l'une des principales d'Amérique latine, ont annoncé sur leur compte Twitter la suspension de leurs activités pour inspecter les bâtiments. Les écoles à Mexico et à Puebla ont été évacuées et fermées. L'aéroport a rouvert quelques heures après.
Mardi matin, jour anniversaire du tremblement du 19 septembre 1985, les autorités avaient organisé un exercice de simulation destiné à la population.
Depuis cette tragédie, les réglementations pour la construction ont été durcies et un système d'alerte à l'aide de capteurs situés sur les côtes a été développé.
Les pires séismes au Mexique depuis 1985
- 19 septembre 2017: Magnitude 7,1 - Le séisme frappe le coeur du Mexique, provoquant l'effondrement de nombreux immeubles de Mexico et des environs, tuant plus d'une centaine de personnes (selon le bilan provisoire), à peine deux semaines après un tremblement de terre meurtrier qui a secoué le sud du pays.
- 7 septembre 2017: Magnitude 8,1 - La terre tremble dans le sud du Mexique, faisant au moins 90 victimes. Des milliers de maisons et des centaines d'écoles ont été endommagées ou détruites.
- 21 janvier 2003: Magnitude 7,8 - L'ouest et le centre du pays sont ébranlés par les secousses sismiques qui entraînent la mort de 28 personnes et en plus d'en blesser plus de 300 autres. Plus de 10 000 personnes ont perdu leur habitation, dont une bonne partie dans l'État de Colima.
- 30 septembre 1999: Magnitude 7,5 - Le séisme frappe dans l'État d'Oaxaca, au sud du pays, faisant une vingtaine de morts.
- 9 octobre 1995: Magnitude 8,0 - L'épicentre du tremblement de terre se trouve près de Manzanillo, dans le centre de la côte du Pacifique. On dénombre 51 victimes.
- 19 et 20 septembre 1985: Magnitude 8,0 - Deux tremblements de terre frappent coup sur coup, dont le plus puissant, de magnitude 8,0 tue 9500 personnes à Mexico et dans certaines régions du centre et de l'ouest du pays. Les dommages sont majeurs dans la capitale.