Lors de la dernière journée du Festival de l’Assomption au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, près de 10 000 visiteurs étaient présents sur le site.

Une neuvième édition mémorable

TROIS-RIVIÈRES — Une foule de nouveautés et de moments exceptionnels ont fait en sorte que le Festival de l’Assomption a vécu une neuvième édition mémorable au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.

Le festival, qui s’est conclu mercredi, a attiré plus de 45 000 visiteurs venant de partout à travers le monde.

Cette année, un volet plus culturel a été mis en place et collait bien avec la signature du Sanctuaire. «C’est quelque chose de simple qui ajoute de la beauté, un apaisement de fin de soirée», explique le recteur du Sanctuaire, Mgr Pierre-Olivier Tremblay. La nouvelle prière du corps et de l’esprit, récitée le matin, a pu permettre un renouvellement au niveau de la clientèle du festival. Les conférences du commandant Robert Piché et de Pierre Bruneau ont aussi permis de rejoindre le bassin de fidèles, mais également d’autres curieux. De grandes célébrations telles que les processions aux flambeaux, le marché marial et les prédications ont été un franc succès.

La dernière journée du festival s’est avérée être mouvementée pour le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, qui a accueilli près de 10 000 visiteurs venant entre autres de Miami, de Boston, de New York et même d’Haïti. À la suite de la messe haïtienne qui a eu lieu dans la basilique, les gens étaient tellement nombreux qu’il était impossible d’y entrer. «C’est tellement beau de voir les visiteurs se rassembler», affirme le recteur.

Le Festival de l’Assomption a accueilli plus de 45 000 personnes.

«Les gens perçoivent qu’il y a quelque chose qui est sur le point de changer. Nous sommes l’organisation qui attire le plus d’étrangers, ici en Mauricie. C’est 93 % des visiteurs qui ne seraient pas venus à Trois-Rivières si ce n’était pas du Sanctuaire», ajoute-t-il.

Pour Mgr Pierre-Olivier Tremblay, il s’agissait de sa première édition en tant que plus jeune évêque du Québec. «Je trouve cela très touchant. Les gens viennent me voir de partout, disant qu’ils sont fiers de moi. Les gens s’identifient et ont un sentiment d’appartenance, ça me rejoint beaucoup», confie l’évêque.

Le recteur a d’ailleurs spécialement reçu une croix du pape François, qu’il portait fièrement autour du cou mercredi matin. «Le pape, à travers les mains de Mgr Fisichella, m’a transmis ce cadeau. Je suis très honoré», a-t-il dit. La croix en question date de 2016, l’année de la Miséricorde.

De plus, le Sanctuaire a reçu une rose en or, qui est un cadeau extrêmement rare selon Mgr Tremblay. La rose dorée est actuellement dans la basilique.

L’évêque confie mettre énormément d’énergie autour du festival, mais que la saison se poursuivra jusqu’à la fin octobre. Pour l’édition de l’an prochain, le Sanctuaire souhaite mettre la lumière sur la famille. «Nous allons élargir notre programmation pour rejoindre davantage les familles. Je suis très confiant pour la suite», conclut Pierre-Olivier Tremblay.