L’ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, alors aux côtés du maire de Drummondville et président de l’UMQ, Alexandre Cusson.

Une longévité incroyable

Trois-Rivières — Le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a salué la longévité politique d’Yves Lévesque. Il s’agissait après tout du seul maire d’une grande Ville toujours en poste qui avait vécu les fusions municipales du début des années 2000.

«Quel que soit le côté politique où on se retrouve, on doit saluer vingt-cinq ans d’implication en politique», lance d’emblée le président de l’UMQ et maire de Drummondville.

«Surtout dans une ville où tout était à bâtir. Les fusions municipales, tout le monde arrivait avec son bagage et parfois son esprit de clocher. Ça prend des gens forts et Yves Lévesque en passionné a fait en sorte que Trois-Rivières est aujourd’hui une grande ville qui est extrêmement respectée.»

Les relations entre Alexandre Cusson et Yves Lévesque ont toujours été cordiales. Le président de l’UMQ affirme qu’il a toujours aimé travailler avec l’ancien maire de Trois-Rivières.

«Il était un politicien franc et direct qui ne se perdait pas en grandes discussions, mais qui aimait aller droit au but», mentionne M. Cusson.

Dès son accession à la présidence de l’UMQ en novembre 2017, Alexandre Cusson a souhaité que Trois-Rivières réintègre l’organisation. Trois-Rivières avait claqué la porte de l’UMQ en 2015, car Yves Lévesque était insatisfait du pacte fiscal transitoire.

«J’ai rencontré Yves Lévesque et discuté avec lui de la réintégration de Trois-Rivières dans la grande famille de l’UMQ. On s’est rapidement entendu là-dessus. Mon arrivée à la présidence a été un des éléments qui l’a convaincu de revenir», précise Alexandre Cusson.

Le projet du train à grande fréquence (TGF) de VIA Rail a également rapproché les deux maires. Alexandre Cusson et Yves Lévesque ont laissé de côté l’éternelle opposition entre Trois-Rivières et Drummondville au sujet d’un projet de transport ferroviaire.

«On a décidé de s’entendre sur le TGF pour que le projet se réalise. On aurait pu décider de se chicaner et de vouloir le train chacun de son côté comme dans le passé», ajoute M. Cusson.

«En travaillant en équipe, on obtiendrait quelque chose. C’est un dossier qu’on va réaliser et qui va arriver. Évidemment, j’aurai aimé qu’il soit autour de la table à ce moment.»

Le maire de Drummondville est d’avis qu’Yves Lévesque a su réaliser de grandes choses pour sa ville, notamment au niveau touristique. Alexandre Cusson donne entre autres l’exemple de l’amphithéâtre de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

«C’est un projet pour lequel il s’est battu. Yves Lévesque laisse sa marque à Trois-Rivières», estime le président de l’UMQ. «Malgré les difficultés économiques qui ont été le lot de plusieurs villes manufacturières, ce qu’il a fait ces dernières années au point de vue touristique, c’est extraordinaire.»