Il y a quelques jours, quatre finissants de cinquième secondaire de l’Institut secondaire Keranna ont lancé une pétition demandant au gouvernement Legault de rouvrir, l’instant d’une journée, les écoles secondaires du Québec, juste pour les finissants, afin que ces derniers puissent fermer les livres avec de beaux souvenirs. On retrouve sur la photo Jonathan Boivin, Florence Farrier et Benjamin Allard.
Il y a quelques jours, quatre finissants de cinquième secondaire de l’Institut secondaire Keranna ont lancé une pétition demandant au gouvernement Legault de rouvrir, l’instant d’une journée, les écoles secondaires du Québec, juste pour les finissants, afin que ces derniers puissent fermer les livres avec de beaux souvenirs. On retrouve sur la photo Jonathan Boivin, Florence Farrier et Benjamin Allard.

«Une journée mémorable» prévue pour les finissants

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le Regroupement des établissements d’enseignement privé de la Mauricie et du Centre-du-Québec vient de s’engager à faire vivre «une journée mémorable» à ses finissants de 5e secondaire.

«Les détails entourant les célébrations seront communiqués sous peu», a indiqué le Regroupement par voie de communiqué vendredi, et cela se déroulera en tout respect des règles de la Santé publique, assure-t-on.

«Autour de la table, nous sommes unanimes qu’il faut souligner ce rite de passage qui est des plus déterminants pour les jeunes d’aujourd’hui. Il est hors de question d’oublier nos finissants», souligne le président du Regroupement, Dominic Guévin.

Il y a quelques jours, quatre finissants de cinquième secondaire de l’Institut secondaire Keranna, Florence Farrier, Malory Lacroix, Jonathan Boivin et Benjamin Allard, ont lancé une pétition demandant au gouvernement Legault de rouvrir, l’instant d’une journée, les écoles secondaires du Québec, juste pour les finissants, afin que ces derniers puissent fermer les livres avec de beaux souvenirs.

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 12 000 personnes avaient signé la pétition qui vise maintenant 15 000 signatures.

Jonathan Boivin indique que malgré ces développements, elle devrait être déposée comme prévu au gouvernement du Québec.

Le finissant estime que la décision du Regroupement des établissements d’enseignement privé «est une bonne nouvelle. On a été entendu», se réjouit-il en espérant que tous ses camarades puissent se rencontrer une dernière fois.

Son ami et cosignataire de la pétition, Benjamin Allard, indique que les instigateurs de la pétition n’ont pas fait de propositions quant à la manière dont pourrait s’organiser cette ultime rencontre.