Une interruption de courant mal accueillie

TROIS-RIVIÈRES — Une interruption de courant par Hydro-Québec, qui est survenue entre 8 h 30 et 10 h mardi, n’a pas fait l’affaire de certains des 28 commerçants du secteur du boulevard des Forges à Trois-Rivières qui ont été touchés.

Le propriétaire du restaurant Pacini, Martin Harvey, déplore en effet que la société d’État ait décidé de procéder à cette coupe de services, nécessaire afin de procéder à des travaux d’entretien, et ce, en plein jour. Il indique que par le passé, Hydro-Québec effectuait ces travaux la nuit, ce qui n’entraînait pas – ou peu – de chamboulement dans les opérations des commerces. Cette fois, le restaurateur estime qu’il a perdu environ 150 clients. «Quand j’ai parlé à quelqu’un, on m’a dit qu’ils ne paient plus de temps supplémentaire depuis 2015 pour faire des travaux la nuit», raconte-t-il.

Indiquant à la représentante d’Hydro-Québec que cette panne planifiée allait lui occasionner des pertes et que la société d’État avait toujours accommodé les commerçants de son secteur dans le passé, celle-ci lui a indiqué que la facture découlant du temps supplémentaire – estimée à environ 1000 $ – pouvait être payée par les plaignants. Considérant alors que le montant à payer serait très raisonnable en le divisant entre tous les commerces affectés, il a sérieusement envisagé d’accepter cette proposition... «On m’a alors dit que j’avais été le seul à appeler et que je devais donc payer la totalité et aller moi-même voir les autres après pour récupérer l’argent. Selon eux, ils ne peuvent pas se mettre à contacter chaque commerce. Pourtant, ils le font à chaque mois [en envoyant les factures]», lance-t-il, avant d’ajouter que des propriétaires de commerces voisins lui ont confié qu’ils avaient également appelé afin de déplorer la situation.

Du côté d’Hydro-Québec, on soutient que les travaux de maintenance de nuit nécessitant de payer du temps supplémentaire ne sont plus un scénario envisageable par souci d’équité pour l’ensemble des clients. «Le temps supplémentaire est comptabilisé et entre dans le calcul des tarifs d’électricité. Si on a un client qui veut que des travaux se fassent de nuit, on peut le faire. Mais ce n’est pas à l’ensemble des clients d’Hydro-Québec d’assumer ces frais supplémentaires. On pouvait le faire avant. Mais avec les années, on a revu nos façons de faire. Les gens s’attendent à une bonne gestion et ça fait partie de nos conditions de services maintenant», explique Louis-Olivier Batty, porte-parole pour Hydro-Québec.

En ce qui concerne la procédure de partage des frais supplémentaire, M. Batty considère que le restaurateur trifluvien a mal compris ce qui lui a été expliqué par le représentant avec qui il s’est entretenu. «En réécoutant les conversations qu’on a eues avec lui, je crois malheureusement que c’est une mauvaise interprétation de sa part. On lui a dit qu’il pouvait en parler et que si on avait d’autres demandes, on aurait pu revoir notre plan d’intervention», poursuit M. Batty, qui reconnaît qu’une telle interruption peut avoir de fâcheuses conséquences pour les commerçants. Par ailleurs, il tient à préciser que ces travaux devaient initialement être effectués en décembre dernier. Ce scénario a été rejeté, car l’interruption serait tombée juste avant la période des Fêtes.