Le maire de Shawinigan, Michel Angers
Le maire de Shawinigan, Michel Angers

Une hausse de 2,24 % en 2020 à Shawinigan

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Coincé par des hausses de dépenses incompressibles et une baisse des revenus de péréquation, le conseil municipal de Shawinigan a adopté un budget sans fioritures, en fin d’après-midi lundi en assemblée extraordinaire. Le maire insiste: le commun des mortels ne découvrira aucune extravagance dans l’exercice financier 2020, pour lequel il impose une hausse moyenne de 2,24 % au compte de taxes.

«On est très, très fiers du résultat que nous avons obtenu, compte tenu de l’ensemble de nos obligations», commente Michel Angers. «Je pense sincèrement que le budget que nous avons réalisé correspond aux attentes des citoyens.»

Chose certaine, les Shawiniganais pourront s’y retrouver plus facilement dans les communiqués officiels sur le sujet. Rappelons que pour les exercices 2018 et 2019, l’administration municipale avait décidé de passer sous silence la hausse moyenne du compte de taxes dans ses publications, préférant mettre d’autres éléments en valeur. L’an dernier, par exemple, elle soulignait la diminution du volet taxes foncières de 0,19 % alors qu’en réalité, le compte de taxes moyen, incluant les tarifs, augmentait de 4,2 %. Cette fois, pas de jeu de cache-cache. La présentation visuelle de cet exercice toujours un peu fastidieux a même été grandement améliorée.

Les contribuables verront donc la taxe foncière passer de 1,4230 $ à 1,4473 $ par tranche de 100 $ d’évaluation en 2020. La taxe pour le transport en commun augmente également, afin de contribuer à une hausse de contribution de 290 000 $. Par contre, le taux moyen de la taxe pour le service de la dette diminuera. Rappelons que les résidents des secteurs Grand-Mère et Saint-Gérard-des-Laurentides ont déjà effacé cette créance de leur compte de taxes.

Du côté des tarifs, celui pour l’eau potable demeure pour le moment à 199,50 $. Il s’agit d’un tarif de fonctionnement pour les deux nouvelles usines de traitement, qui ne sont pas entièrement entrées en exploitation en 2019. Le 25 novembre, en séance extraordinaire, le conseil municipal a donc annoncé la création d’une réserve financière, grâce à laquelle la tarification peut être maintenue en 2020. Par contre, le tarif du service de la dette pour l’eau potable progresse de 3 $.

La contribution pour la gestion des matières recyclables connaît une augmentation beaucoup plus importante, passant de 34 $ à 47,50 $. Il s’agit d’une conséquence directe d’une hausse de tarification de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, qui implique une contribution supplémentaire de 653 925 $ de la Ville de Shawinigan pour ainsi la porter à 1,4 million $. Les autres tarifs demeurent inchangés par rapport à l’an dernier, y compris celui pour les insectes piqueurs, malgré une légère baisse du contrat attribué à GDG Environnement pour ce service.

En conséquence, le compte de taxes basé sur une maison moyenne de 146 811 $ progressera de 59,60 $ en 2020, soit une hausse de 2,24 %.

M. Angers énumère une série de facteurs pour justifier cet effort demandé aux contribuables. Il rappelle que le gouvernement du Québec a soustrait tout près d’un million de dollars à son paiement de péréquation. De plus, les services de la Sûreté du Québec, à tout près de 5,2 millions $, exigent cette année une contribution supplémentaire de plus de 255 000 $. Les salaires des employés municipaux augmentent de 1,7 million $ en 2020, pour ainsi s’établir à 25 millions de dollars. En incluant les bénéfices marginaux, la masse salariale se situe à 31,1 millions $ à Shawinigan, ce qui représente 32 % des dépenses totales. Le deuxième poste budgétaire le plus important demeure le service de la dette, à 23,3 millions $.

Autre hausse significative, celle des assurances, dont les primes, à 802 314 $ en 2020, explosent de 135 % par rapport à cette année. Le directeur général, Me Yves Vincent, mentionne que cette augmentation s’explique par une bonification de certaines valeurs assurables et par le nombre croissant des sinistres majeurs à travers le Québec.

M. Angers fait remarquer que les taxes sur la valeur foncière, la tarification des services et les paiements tenant lieu de taxes représentent 85 % des revenus perçus par la Ville. D’où son appel insistant au gouvernement du Québec pour permettre aux municipalités de diversifier leurs entrées d’argent.

Déneigement

Le conseil municipal a décidé d’ajouter 1,6 million $ au déneigement en 2020. À maintenant 9,6 millions $, ce poste budgétaire accapare pratiquement 10 % des dépenses totales de la Ville, qui s’établissent maintenant à 98,3 millions $.

«Les prix des contrats ont augmenté énormément», explique M. Angers. «L’impact des 408 centimètres de neige de l’an dernier, nous l’avons dans les jambes aujourd’hui.»

En même temps, le maire comprend qu’il ne s’agit pas d’un service où il faut chercher des économies de bouts de chandelle, comme le conseil municipal l’avait décidé en 2016 et en 2017.

«Quand on diminue un peu le service aux citoyens, ce n’est pas long que ça monte aux barricades», rappelle-t-il. «Les nids-de-poule et la neige, ça fait partie des trois quarts des appels à mes collègues.»

Des investissements mieux ciblés

Le programme triennal d’immobilisations a déjà représenté une image du degré d’ambition d’une ville. À Shawinigan, le conseil municipal souhaite maintenant que ce document serve de guide pour connaître les projets obligatoires, urgents, prioritaires et stratégiques de ses différents services.

Débarrassée des ronflants investissements pour l’approvisionnement en eau potable et pour l’assainissement des eaux usées autour du lac à la Tortue, la Ville adopte un programme modeste pour les années 2020, 2021 et 2022. Selon le plan prévu, 97,5 millions $ seront investis dans les infrastructures, bâtiments et équipements au cours de cette période, dont 37,7 millions $ en 2020. À titre indicatif, à son arrivée à la mairie de Shawinigan en 2009, Michel Angers et son conseil municipal avaient adopté un PTI de 238 millions $.

Le fait saillant de la prochaine année se déroulera à nouveau dans le district des Boisés, avec la réfection de l’aréna Émile-Bédard, un projet de près de 3,5 millions $ appuyé par une aide financière de 800 000 $. 

La Ville de Shawinigan prévoit des règlements d’emprunt de 15,5 millions $ pour réaliser ses investissements en 2020, conforme à sa cible maximale de 16 millions $ dans le cadre de sa stratégie de réduction de la dette. «On est loin, loin de faire des folies», insiste M. Angers.