Valérie Bellerose est la directrice générale de la Corporation des transports collectifs de la MRC de Maskinongé

Une hausse de 117 % en 2018

Louiseville — Le nombre de transports effectués en 2018 a explosé à la Corporation des transports collectifs de la MRC de Maskinongé grâce notamment à une majoration importante de projets de transport, incluant les navettes mises en place pour véhiculer des travailleurs d’ATrahan et de Lucyporc à Yamachiche.

Le bilan annuel fait état de 55 030 déplacements, une bonification de 117 % si on compare ces données aux 25 286 transports réalisés en 2017. De ces 55 030 transports, 10 626 ont été réalisés avec les navettes collectives d’Olymel.

La navette entre la MRC de Maskinongé et Trois-Rivières augmente en popularité (3395 transports en 2018 contre 2214 en 2017). Quand on additionne tous les projets comme la bonification du service de deuxième transport en fin de journée grâce à une entente avec l’école secondaire l’Escale de Louiseville et l’Écopasse avec le Cégep de Trois-Rivières, on arrive à une année fort occupée.

«On a travaillé en concertation avec le milieu. Nous avons une hausse de 47 % des projets de transports. On a eu 107 projets de transports: les maisons de jeunes, le centre des femmes, les camps de jour. Pour une première année, on a fait l’événement Rushwood (une course à obstacles à Saint-Édouard-de-Maskinongé). On a fait 4000 déplacements en une journée en autobus. Le milieu nous confie ses besoins de transport. Les gens viennent vers nous pour organiser leur mobilité. On était connu. On est maintenant reconnu par notre milieu», analyse Valérie Bellerose, la directrice générale de l’organisme.

La belle performance observée dans la colonne des transports via les navettes des travailleurs d’Olymel fait en sorte que le travail (27 %) est la deuxième raison évoquée pour demander un service de déplacement. La santé est troisième avec 16 % et la première place (39 %) est composée de différentes raisons: participation à des rencontres et à des ateliers, soutien aux familles, etc.

La croissance du nombre de transports fait en sorte que l’organisation gère un budget qui suit la même tendance. En 2017, le budget était de près de 400 000 $. Il était à plus de 700 000 $ en 2018. De ce total, 47 % de l’argent provenait du ministre des Transports du Québec. Le reste du budget était comblé par la participation de la MRC de Maskinongé, des ententes avec des partenaires locaux comme le Cégep, Olymel ou la Ville de Louiseville (pour le circuit de ville). La part des usagers représente 18 % du budget.

Cet élan vers le haut devrait se poursuivre en 2019. Le budget de fonctionnement dépasse un million de dollars et Valérie Bellerose s’attend à conclure la présente année avec 70 000 déplacements.