La costumière du Costumier Chavigny, Sonia Groulx, a un horaire plus allégé cette année en raison de la pandémie.
La costumière du Costumier Chavigny, Sonia Groulx, a un horaire plus allégé cette année en raison de la pandémie.

Une Halloween bien différente au Costumier Chavigny

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — À cette même période l’année dernière, soit à quelques jours seulement de la fête de l’Halloween, la costumière du Costumier de l’école Chavigny, Sonia Groulx, avait l’habitude d’avoir un horaire de premier ministre pour pouvoir réussir à satisfaire les demandes de tout un chacun pour trouver la perle rare en matière de déguisement. C’est toutefois un horaire bien plus allégé qui l’attend cette année à seulement une semaine de l’événement, alors que la location de costumes d’Halloween est au ralenti en raison de la pandémie.

En effet, le gouvernement du Québec a beau avoir autorisé la semaine dernière le porte-à-porte pour la fête de l’Halloween malgré la pandémie, mais l’interdiction des rassemblements dans des soirées thématiques en lien avec cette fête automnale force les adolescents, mais aussi les adultes à revoir leurs plans.

Ainsi, bien que le Costumier Chavigny qui procède à nouveau cette année à la location de costumes reste ouvert à la population, avec rendez-vous toutefois, moins de costumes semblent trouver preneur.

«On est ouvert malgré tout cette année, mais l’achalandage est plus restreint en raison de toutes les mesures sanitaires. Par contre, je peux affirmer que ça ne sera pas notre plus grosse année, notamment en raison du fait qu’il n’y a pas autant de partys qui se font. Toutefois, j’ai quand même mes habitués qui passent et qui viennent se chercher un costume, car ils ont décidé de fêter quand même en famille à la maison», souligne Sonia Groulx.

Sans étonnement, il y a donc fort à parier qu’une baisse de revenus en lien avec la location de costumes est à envisager du côté du Costumier. L’argent amassé lors de la location de costumes au Costumier de l’école Chavigny avait l’habitude d’être réinvesti au profit de la clientèle étudiante.

Qu’à cela ne tienne, la costumière souhaite rester positive dans le contexte et y voit plutôt l’occasion de regarnir l’offre du Costumier.

«On ne le voit pas comme une baisse, car d’une autre manière, j’ai plein de dons qui rentrent, car les gens ont fait le ménage de leur maison et j’ai des trésors qui arrivent toutes les semaines ici. Je gagne donc d’une autre manière même si ce n’est pas payant dans la minute, car ça va l’être pour les années futures puisqu’il y a vraiment des choses magnifiques qui sont rentrées dernièrement.»

D’ailleurs, au Costumier Chavigny qui dessert la clientèle adolescente et adulte notamment, on ne retrouve pas des costumes populaires du dernier film de l’année comme on pourrait retrouver en boutique. C’est plutôt des costumes que l’on peut créer selon l’inspiration du moment avec les nombreuses pièces usagées disponibles que l’on peut retrouver, ce qui donne souvent des résultats surprenants et surtout, originaux.

«Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on est un Costumier de théâtre, donc les gens ne retrouveront pas beaucoup de superhéros. Il faut plutôt avoir des personnages en tête et on va les créer de A à Z. Par exemple, j’ai fait un costume de diseuse de bonne aventure avec une jeune fille dernièrement avec des morceaux qui garnissent le costumier. Ce qui est intéressant, c’est que ce sont de vrais vêtements qui ont été portés et qui ont de l’histoire», avoue Mme Groulx.

Une baisse d’achalandage généralisée dans les commerces

D’ailleurs, si du côté du Costumier de l’école Chavigny on enregistre une baisse d’achalandage pour la location, ce constat semble également être le même chez les commerçants de la région qui vendent des costumes pour l’occasion.

À cet effet, au magasin Party VIP situé au Carrefour Trois-Rivières-Ouest, outre les costumes pour enfants qui sont plus populaires, la baisse d’achalandage est palpable. «C’est sûr que par rapport à l’année dernière, c’est beaucoup plus faible. Il reste encore quelques jours avant le 31, donc est-ce qu’il va y avoir un engouement de dernière minute, on va l’espérer, mais c’est la grosse question en ce moment», mentionne-t-on du côté de la direction.

Pour le magasin Village des Valeurs de Trois-Rivières qui a l’habitude d’attirer les foules chaque année grâce notamment à sa vaste section de costumes neufs et usagés, la situation est également très différente cette année, confirme-t-on.

«On a sorti ce qu’on avait déjà en stock et ce qu’on nous a envoyé du côté du bureau chef, mais c’est certain qu’on en a beaucoup moins que l’année passée. Ceux qui viennent en boutique vont d’ailleurs constater que notre section est plus petite que par les années passées. Donc c’est sûr qu’on s’attend à une baisse de notre chiffre d’affaires, mais on n’a pas le choix de vivre avec», soutient le directeur de l’endroit, Jean-Marc Lavoie.

Malgré la situation actuelle, la boutique Imaginaire de Trois-Rivières a quant à elle tout de même décidé à nouveau cette année d’ouvrir une boutique spécialement pour la vente de costumes.

«La fin de semaine qui vient de passer, on a eu un plus fort achalandage, mais surtout pour les enfants. J’imagine que l’annonce du gouvernement a un peu influencé tout ça, mais on avait quand même plusieurs personnes qui venaient magasiner de base parce que les enfants se déguisent à l’école quand même. Mais oui, on s’est tout de même questionnés au départ à savoir si on ouvrait la boutique cette année. Mais on a finalement pris la décision de rester fidèle à notre habitude et de revenir», souligne pour sa part la gérante de la boutique de costumes, Gabrielle André.