Le président de la Fondation, Samuel Fleurent-Beauchemin (au centre), est entouré des copropriétaires de DB Entretien général, Antony Beauchesne (à gauche) et Louis-Philippe Dubois.

Une haie de cèdres pour un bras robotisé

Shawinigan — On connaît bien la Fondation le Pont vers l’autonomie qui amasse de l’argent afin de procurer un bras robotisé à des personnes lourdement handicapées. Deux jeunes hommes de Victoriaville ont décidé d’embrasser la cause à leur façon en plantant des haies de cèdres en Mauricie et au Centre-du-Québec, cet été, dans le but de remettre une part de leurs profits à cette fondation.

Antony Beauchesne et Louis-Philippe Dubois viennent de lancer leur entreprise, DB Entretien général. Leur travail consiste à offrir divers services d’entretien et de rénovation extérieurs de même qu’un service de plantation de haies de cèdres incluant le creusage de la tranchée, la pose des arbres aux 18 pouces, de même que l’installation de tuyaux d’arrosage, d’engrais et de compost.

Au lieu de payer des placements publicitaires pour se faire connaître, les deux entrepreneurs ont décidé de s’associer à la Fondation le Pont vers l’autonomie et de lancer une campagne estivale appelée La Haie vers l’autonomie.

Leur objectif est de poser, au cours de la saison estivale, suffisamment de haies de cèdres en Mauricie et au Centre-du-Québec pour pouvoir récolter la somme de 30 000 $ qu’ils vont remettre ensuite à la fondation. Ils vont ainsi contribuer à l’achat de six bras robotisés qui seront remis à des personnes handicapées en 2018.

Parmi ces bénéficiaires, on compte Vincent Gervais, un jeune Shawiniganais de 16 ans qui fréquente l’école secondaire Val-Mauricie où il suit une formation en dessin en bâtiment.

Vincent est aux prises avec une maladie dégénérative, la dystrophie musculaire de Duchenne, qui rend ses mouvements de plus en plus difficiles.

Il a perdu l’usage de ses jambes et beaucoup de force dans ses bras.

Le jeune homme rêve de pouvoir un jour concevoir des dispositifs simples et peu coûteux pouvant permettre aux entreprises et organismes d’adapter facilement leurs installations aux réalités des personnes à mobilité réduite.

Le bras robotisé que lui remettra la Fondation Le Pont vers l’autonomie permettra non seulement de lui conférer plus d’autonomie, mais aussi de réduire la pression sur ses proches aidants.

Créée en 2013, cette fondation a permis, jusqu’à présent, de remettre 18 bras robotisés. «La technologie leur permet de mieux communiquer, de prendre confiance en soi et de s’émanciper. Ça leur permet le maintien à domicile, la persévérance scolaire et une meilleure employabilité», indique le président de la Fondation, Samuel Fleurent-Beauchemin.

La campagne de financement La Haie vers l’autonomie se déroulera tout au long de l’été.