Le Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD) coûte cher à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Une firme analysera la gestion du CSAD

La firme Raymond Chabot Grant Thornton se penchera sur la situation financière et la gestion du Complexe sportif Alphonse-Desjardins.
Yvon Lemire, président de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.
C'est ce qu'ont déterminé à l'unanimité les commissaires de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, mercredi soir lors d'une séance ordinaire, afin de trouver des solutions qui pourraient permettre d'éliminer les déficits reliés à la gestion du CSAD, présentement évalués entre 400 000 $ et 600 000 $ annuellement depuis 2011.
Selon la motion adoptée mercredi, la firme devra, d'ici le mois de juin, établir les principaux constats et dresser une liste de suggestions pour améliorer la situation. «À la commission scolaire et au CSAD, nous avons le nez collé sur l'arbre. Nous demandons donc à quelqu'un de l'extérieur de regarder, avec un éclairage différent, l'ensemble de la structure et établir des recommandations», a indiqué le président de la CS du Chemin-du-Roy, Yvon Lemire.
Ce dernier rappelle qu'au départ, la gestion du CSAD devait s'effectuer à coût nul pour la commission scolaire. Or, à la lumière des derniers bilans financiers, le scénario est bien différent et les coûts rattachés à cette gestion sont assez importants.
«On veut savoir quels sont les ingrédients qui font que ça coûte des sous. Peut-être que le rapport viendra nous dire que c'est justifié que la commission scolaire mette de l'argent et que, dans d'autres éléments, on pourrait faire autrement pour sauver de l'argent», note M. Lemire, tout en rappelant que la marge de manoeuvre financière de la commission scolaire a été considérablement réduite au cours des dernières années en raison des importantes compressions budgétaires exigées par le gouvernement du Québec.
Contacté avant la rencontre des commissaires de la CS du Chemin-du-Roy, le directeur général du CSAD, Jean-François Picard, n'était pas au courant de cette intention de consulter la firme Raymond Chabot Grant Thornton. Ce dernier a préféré ne pas commenter davantage les démarches de la commission scolaire, puisqu'il ne connaissait pas les détails précis du mandat confié à la firme.
Toujours concernant le directeur général du CSAD, les commissaires de la CS du Chemin-du-Roy ont adopté une résolution qui mettra fin à son lien d'emploi à compter du 30 avril.
Au départ, c'est la commission scolaire qui embauchait d'abord M. Picard avant de prêter ses services au CSAD. Une modification administrative fera désormais en sorte que M. Picard sera plutôt embauché directement par le CSAD et conservera le même rôle.