Le chemin de la Réserve a fait l’objet de travaux à Shawinigan

Une étoile dans le cahier de Shawinigan pour le chemin de la Réserve

SHAWINIGAN — Alors que la Ville de Shawinigan se fait vilipender ces jours-ci au sujet de l’évaluation foncière et de la taxation, voilà que CAA-Québec appose une étoile dans son cahier pour avoir réparé le chemin de la Réserve qui se trouvait dans le palmarès des pires routes de la province en 2018.

En effet, dix voies de circulation apparaissaient dans ce palmarès peu enviable dont le chemin de la Réserve qui s’était hissé en huitième position et qui était l’unique représentant du réseau routier en Mauricie et au Centre-du-Québec à se démarquer au niveau provincial pour ses bosses, nids-de-poule, alouette! Le CAA a fait un suivi pour savoir si ces routes cauchemardesques pour le système de suspension de tout véhicule avaient obtenu l’attention de leur municipalité. Le chemin de la Réserve est le seul à avoir été réparé.

À Shawinigan, la Ville assure que ce n’est pas en raison de ce palmarès que cette route a été revampée. «C’était déjà prévu», affirme François St-Onge, directeur des communications, qui précise que plus de 50% du chemin se trouve sur le territoire de Saint-Boniface. Des travaux n’ont d’ailleurs pas encore été effectués sur cette portion de la route. Saint-Boniface est en train de planifier les travaux à venir sur son territoire, et n’est pas encore en mesure de spécifier si le chemin de la Réserve en fait partie.

Shawinigan compte à elle seule quelque 800 kilomètres de rue. «On a fait énormément de travaux. Chaque fois qu’on fait des infrastructures: égout, aqueduc, on refait la voirie, c’est-à-dire le pavage. Et en plus cette année, dans le discours du budget, on a annoncé un plan sur dix ans pour investir autour de 2 millions $ par année, uniquement en voirie sur des chemins justement qui ne sont pas touchés nécessairement pas des travaux d’infrastructures souterrains. On pense être en mesure de faire une bonne quinzaine de kilomètres par année, et on va prioriser les routes qui ont besoin de plus d’amour», note M. St-Onge.

Si Shawinigan a remis en état cette route, plusieurs petites municipalités n’arrivent pas à entretenir leur réseau routier en raison de l’ampleur de la tâche et des coûts qui y sont associés. La Fédération québécoise des municipalités (FQM) estime que l’entretien du réseau routier souffre de 25 années de sous-financement. Si elle se réjouit que plus d’argent a été injecté l’an dernier, elle croit que le gouvernement devra ajouter 30 millons $ aux montants consacrés à la réhabilitation du réseau routier local dans son prochain budget. «Il y a vraiment une urgence de le garder à niveau, parce que sinon, reconstruire c’est encore plus cher», fait valoir Jacques Demers, président de la FQM.

CAA-Québec trouvait important de faire un suivi sur ces routes qui ont été pointées du doigt à la suite d’un vote populaire des citoyens. «C’est là qu’on vient prouver qu’on ne fait pas ça juste pour chialer. Le but de cette campagne, c’est que les routes qu’on nomme dans le palmarès soient réparées», souligne Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec. Peu importe qu’elles le soient ou pas grâce à l’attention que cette campagne a suscité, ajoute M. Fortin. «L’important c’est que le travail soit fait, et qu’ultimement, le réseau routier s’améliore. On a besoin de toutes les solutions de mobilité, de transport collectif, de transport actif, mais quand même, le réseau routier demeure l’épine dorsale de notre économie», note M. Fortin.

Le palmarès sera de retour en 2019. En 4 ans, il y a eu 41 000 votes. «Le projet, c’est de permettre à monsieur et madame Tout-le-Monde de s’exprimer et de dire aux élus: ‘‘Voici nos priorités: allez-vous nous écouter?’’», mentionne M. Fortin. Et les candidats seront assurément nombreux. «Aucun doute qu’on va avoir beaucoup de candidats en 2019: des routes maganées, malmenées, démolies même, les mots nous manquent pour les qualifier.»

En plus du top 10 provincial, des palmarès régionaux avaient aussi été présentés. En plus du chemin de la Réserve, le rang Saint-Olivier (2e) et le boulevard des Hêtres (4e) représentaient aussi Shawinigan. Le chemin Fitzpatrick, à La Tuque (3e) et le rang du Lac-Caché, à Saint-Alexis-des-Monts (5e) complétaient cette liste. Au Centre-du-Québec, la route 116, à Warwick, le rang du Petit-Saint-Esprit, à Saint-Léonard-d’Aston et la rue Notre-Dame Ouest, à Victoriaville se trouvaient sur les trois marches du podium. La rue Hériot, à Drummondville, la route Principale, à Grand-Saint-Esprit, la route 116, à Saint-Christophe-d’Arthabaska, le boulevard Saint-Joseph à Drummondville, l’avenue Saint-Édouard et l’avenue Vallée à Plessisville se partageaient la quatrième position ex aequo.