Si les visiteurs étaient moins nombreux cette année au Salon des futurs mariés et des bals de finissants, les exposants ont pu leur consacrer plus de temps pour répondre à leurs questions.

Une édition compliquée par la météo

Trois-Rivières — Le Salon des futurs mariés et des bals de finissants, qui se déroulait samedi et dimanche à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, a lui aussi écopé à cause des mauvaises conditions météorologiques de la fin de semaine. L’achalandage de l’événement a diminué du tiers cette année et les défilés de robes de mariée, qui ont été ramenés cette année, ont été compliqués à organiser en raison de l’annulation de plusieurs mannequins.

Il fallait être déterminé pour se rendre au Salon, surtout avec les mauvaises conditions routières de dimanche. Entre le froid et la neige, environ 250 couples de futurs mariés ont mis les pieds à la Bâtisse industrielle, comparativement à une moyenne de 350, selon les estimations des organisateurs. Certains y ont néanmoins trouvé un aspect positif: plus de temps pour répondre aux questions des visiteurs.

Une cinquantaine d’exposants étaient présents au Salon des futurs mariés et des bals de finissants de Trois-Rivières.

«Malheureusement, on a eu une baisse d’achalandage, reconnaît Marc Duval, du Groupe Décoralium, un des principaux partenaires du Salon. Mais comme ça, on a le temps de s’occuper plus des clients, au lieu de devoir en gérer 50 à la fois, alors ça va revenir au même. Ceux qui n’ont pas eu la chance de venir ici vont venir nous voir au bureau!»

La mauvaise météo a également eu un impact sur les défilés de robes de mariée et de finissants, qui étaient de retour cette année à la demande du public. En effet, le froid et la neige ont forcé plusieurs mannequins à demeurer chez elles, en particulier dimanche, puisque plusieurs venaient de l’extérieur de la région, notamment de Montréal. Résultat: le défilé de dimanche a dû être raccourci et ses organisateurs ont dû improviser.

«Les autos ne partent pas, les mannequins ne sont pas capables d’arriver à temps et même l’animateur du défilé, ce n’est pas le même qu’hier (samedi), parce que son auto n’a pas démarré, résume M. Duval. Le salon, malheureusement, en écope: on a moins de mannequins et moins de monde. Même moi, j’ai pensé virer de bord. Je me demandais si je ne devais pas fermer le kiosque, je me disais qu’il n’y aurait personne. Mais finalement, on a eu au moins 50 couples de mariés aujourd’hui (dimanche).»