La jeune fille a été transportée à l'hôpital, mais s'en tire avec des blessures mineures.
La jeune fille a été transportée à l'hôpital, mais s'en tire avec des blessures mineures.

Une cycliste de 12 ans frappée par une voiture, la conductrice arrêtée pour délit de fuite

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Une jeune cycliste de 12 ans a été happée par une voiture, vendredi soir, sur la côte Richelieu, à Trois-Rivières. La conductrice, qui n'est pas restée sur les lieux après l'accident, a été arrêtée pour délit de fuite.

La police de Trois-Rivières confirme que l'accident est survenu vers 21h. La jeune fille a été transportée à l'hôpital, mais n'a heureusement subi que des blessures mineures.

La conductrice impliquée a été arrêtée par les policiers pour délit de fuite. La police de Trois-Rivières indique qu'elle a été libérée sous promesse de comparaître, le 5 octobre prochain. La Direction des poursuites criminelles et pénales de Trois-Rivières prendra connaissance du dossier pour déterminer les accusations qui pourraient être déposées contre elle.

Un problème qui n'est pas nouveau

Sur sa page Facebook, la conseillère du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, a signalé cet accident, samedi matin. Elle a publié des photos de l'accident et a invité ses concitoyens à conduire plus prudemment dans ce secteur.

«Les concessionnaires vont faire des essais routiers là, et il y a beaucoup de trafic lourd en raison de la construction qui s'y fait. Donc, il y a un gros volume de circulation, mais c'est aussi un secteur résidentiel: il y a beaucoup d'enfants qui y circulent, des garderies, des joggeurs et des marcheurs», indique-t-elle, en entrevue avec Le Nouvelliste.

La vitesse, bien qu'on ignore si elle était en cause dans l'accident de vendredi, est par ailleurs un problème récurrent à cet endroit, d'après Mme Renaud-Martin.

«Des études faites en 2018, avec du comptage, montrent que la circulation était très rapide, au-dessus de la limite. C'est pour ça qu'on avait fait du lignage pour délimiter les zones pour les vélos et pour les voitures. Mais il y a deux semaines, j'ai été interpellée par des gens qui m'ont dit que la vitesse continue d'être élevée», rapporte-t-elle.

La conseillère juge donc que d'autres mesures doivent être mises en place pour forcer les automobilistes à ralentir.

«Il faut prioriser l'intervention physique pour l'apaisement de la circulation. [...] Il faut faire l'analyse de la situation de la rue et voir quelles mesures seraient les plus pertinentes. Ça peut être des bollards, des dos d'âne allongés ou encore des îlots centraux. Il y a plusieurs mesures possibles», explique-t-elle.

Pas avant 2021

De telles interventions attendront cependant à l'an prochain. Le fait qu'un accident se soit produit sur la côte Richelieu augmente toutefois les chances pour que la rue soit ciblée, sachant qu'elle se trouvait déjà dans la liste des rues prioritaires, selon Mme Renaud-Martin.

«En 2021, c'est sûr que des décisions vont être prises», croit-elle.

Par ailleurs, un radar pédagogique mobile sera installé de manière temporaire d'ici quelques semaines dans ce secteur.

«Je vais voir si je peux utiliser mon budget discrétionnaire pour faire de la sensibilisation, pour expliquer aux gens les problématiques soulevées», ajoute la conseillère.
Celle-ci indique enfin que d'autres rues de son district lui semblent aussi problématiques. Elle mentionne entre autres la rue Gilles-Lupien, le boulevard Hamelin et la rue René-Gagnier.