Le Groupe Dion et les communautés religieuses ont mis fin à leur relation d'affaires.

Une croix sur le projet

Trois-Rivières — Le projet de résidence Sainte-Famille devait accueillir près de 200 religieuses de trois communautés de Trois-Rivières. Or, ce projet de 15 millions ne verra pas le jour. Le promoteur de la résidence Sainte-Famille qui devait être construite sur le bord de la rivière Saint-Maurice dans le secteur Cap-de-la-Madeleine et les trois communautés ont mis un terme à leur relation d’affaires.

«Une entente a été signée pour mettre fin à la collaboration pour le déménagement des communautés vers la résidence Sainte-Famille considérant qu’il ne se fait pas dans les mêmes conditions qui étaient prévues au départ notamment avec les surprises qu’on a eues avec le sol contaminé», affirme Steve Renaud de Beaudoin relations publiques, l’entreprise mandatée par le Groupe Dion. 

Le projet de résidence Sainte-Famille avait été annoncé en septembre dernier et prévoyait la construction de 134 unités supplémentaires qui s’additionnaient aux 74 unités déjà existantes. Cet agrandissement d’un bâtiment de six étages devait permettre à des membres des Filles de Jésus, des Carmélites et des Ursulines de Trois-Rivières d’emménager dans un environnement plus adapté à la réalité des religieuses. On devait notamment retrouver sur place des soins pour les membres vieillissantes des communautés. 

En décembre dernier, on apprenait que le sous-sol où le Groupe Dion projetait de construire la résidence était contaminé. Le site a été nettoyé, mais cela a entraîné des retards importants dans la réalisation du projet. 

«Ça a pris plus de temps que prévu pour décontaminer le site avant de poursuivre avec des travaux. Ça amène la livraison du bâtiment beaucoup trop tard pour les communautés religieuses», explique Steve Renaud. 

Par ailleurs, le promoteur Guy Dion est contraint au repos pour des raisons de santé. Cela aurait, selon Steve Renaud, influencé la décision du Groupe Dion et des communautés religieuses de mettre fin à leur relation d’affaires. L’entreprise est maintenant sous la responsabilité de Jonathan Dion, le fils de Guy Dion. 

«Le projet ne peut pas continuer, car c’est Guy Dion qui le menait. Son fils prend la relève et évaluera toutes les possibilités», note Steve Renaud. 

Malgré plusieurs tentatives, il a été impossible d’obtenir des réponses de la part des communautés religieuses. La vice-provinciale des Filles de Jésus, sœur Gisèle Lacerte, affirme que les communautés ne feront pour l’instant aucun commentaire au sujet de cette nouvelle. Le mystère plane donc toujours sur l’avenir des religieuses. 

Le couvent Kermaria du boulevard Saint-Louis appartenant aux Filles de Jésus sera toutefois transformé au coût de 8 millions $ en résidence pour personnes âgées à faible ou à moyen revenus. L’annonce de ce projet a eu lieu en septembre dernier.  

Il n’est pas impossible que le projet de la résidence Sainte-Famille soit quand même réalisé. Chose certaine, cela se fera sans les communautés religieuses. 

«Le projet pourrait se réaliser ou se transformer, mais les propriétaires évaluent les options possibles», précise Steve Renaud. «Ils regardent ce qu’il est possible de faire, mais ça sera sans les communautés religieuses.»