Les cinq candidats de la Coalition avenir Québec avaient tracé le bilan de leur campagne jeudi, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Une campagne sobre et respectueuse, se félicite la CAQ

TROIS-RIVIÈRES — Les candidats de la Coalition avenir Québec dans la région ont lancé un dernier message ce vendredi, avant d’entamer la dernière fin de semaine de campagne électorale, en vue du scrutin de lundi.

Les cinq candidats, qui avaient déjà tracé le bilan de la campagne de la CAQ dans la région lors d’un point de presse tenu jeudi à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, ont individuellement fait parvenir des communiqués aux médias afin de tracer de nouveau le bilan de leur campagne, que le député sortant de Nicolet-Bécancour Donald Martel a qualifiée de sobre et de respectueuse.

«Nous avons eu des débats, des échanges et des discussions ouvertes, mais je pense que nous avons tous manifesté du respect et de la considération les uns pour les autres. Je voulais saluer les autres candidats et les remercier pour avoir contribué à maintenir un niveau de débat très correct», a signalé M. Martel.

La candidate-vedette dans Champlain, Sonia LeBel, a par ailleurs signalé qu’advenant son élection, elle avait l’intention d’être «une députée avant tout» et de se rendre disponible et accessible pour les besoins et les enjeux de son comté, elle qui, tout récemment, était pressentie pour devenir vice-première ministre advenant l’élection d’un gouvernement caquiste dirigé par François Legault.

Signalons par ailleurs qu’en date de vendredi soir, le chef caquiste François Legault n’avait pas encore prévu de nouveau passage dans la région d’ici au scrutin de lundi.

Appui

Notons au passage que les dirigeants de l’entreprise Ambulances 33-33 de Saint-Tite ont émis un communiqué pour donner leur appui à la candidate Sonia LeBel, qu’ils ont eu l’occasion de rencontrer le 26 septembre dernier.

«Madame LeBel s’est montrée à l’écoute des difficultés que représentent les horaires de faction qui allongent les délais d’intervention en situation d’urgence et qui nuisent au recrutement et à la rétention des paramédics», indique l’entreprise, qui a exprimé le souhait que ces horaires de faction soient convertis en horaires à l’heure pour réduire le temps de réponse aux appels d’urgence pour assurer un meilleur service à la population.