La baronne Catherine B. Bachand n'oublie pas ses racines à Trois-Rivières.

Une baronne à Moisson Mauricie

Entre un voyage d'affaires à Denver et un week-end à Londres pour la Saint-Valentin, la chef de la direction de One Drop, Catherine B. Bachand, est venue participer à sa première réunion comme membre du conseil d'administration de Moisson Mauricie présidé par son père Jean-Guy Doucet.
«One Drop s'occupe aussi de sécurité alimentaire à l'international. C'est très semblable. C'est important que les gens donnent localement et à l'extérieur du pays», a tracé comme parallèle celle dont le coeur est toujours à Trois-Rivières, sa ville natale, malgré ses obligations aux quatre coins de la planète.
Il faut dire qu'elle en a fait du chemin au fil des ans. Les circonstances l'auront amenée au sein du cabinet du ministre de la Justice et procureur général du Canada où elle avait la responsabilité de coordonner l'ensemble des nominations à la magistrature fédérale. Elle est ensuite entrée au service du cabinet du ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada à titre de conseillère des politiques.
Promue au cabinet du premier ministre du Canada en 2000, Mme Bachand a été appelée à travailler sur plusieurs dossiers sensibles pour le Canada ainsi qu'à l'organisation du Sommet des Amériques. Elle a aussi oeuvré au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international où elle a été appelée à évaluer et à définir la participation du Canada à de nombreux projets de développement international, notamment en Afrique francophone.
En 2004, la fille de Monique Bachand est entrée au service du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2010 à Vancouver. À titre de directrice de cabinet, elle a assuré la transition entre la phase de candidature et la mise en place d'une structure organisationnelle chargée de la préparation des Jeux, piloté diverses négociations de haut niveau, dont plusieurs ententes de commandites d'envergure, et contribué à l'élaboration et à la mise en oeuvre des grandes orientations du Comité. En 2009, afin d'accompagner son processus de mise à niveau, le Comité olympique canadien lui a confié le rôle de leader de l'equipe de transition.
Or, si son parcours professionnel fut marqué de rencontres significatives avec les Allan Rock, Jean Pelletier, Jean Chrétien, Stéphane Dion, Marcel Aubut et Guy Laliberté de ce monde, pour ne nommer que ceux-là, sa vie personnelle n'est pas moins banale après avoir croisé au Québec l'homme de sa vie, le baron de Kenilworth, Randle Siddeley, un architecte de renommée internationale. Le couple s'est marié à l'été 2013.
De toute évidence, Catherine B. Bachand partage la passion du fondateur de One Drop, Guy Laliberté, pour que l'eau soit partagée et rendue accessible partout dans le monde et que les interventions soient durables. Et l'approche est teintée du Cirque du Soleil en utilisant la culture et l'art du pays pour atteindre les objectifs.
Si son équipe se trouve à Montréal et Las Vegas, ses responsabilités l'amènent aux quatre coins du globe.
«Mais mon coeur est ici», conclut celle qui compte bien assister régulièrement, malgré tout, aux réunions du conseil d'administration de Moisson Mauricie.